eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/05/2006

Pourquoi pas un impôt européen pour relancer l'Europe politique ?

Un an après le référendum du 29 mai sur le traité constitutionnel européen en France, l'Europe n'avance plus. Les futurs élargissements vers la Roumanie et la Bulgarie sont repoussés gentiment. Les Fédéralistes s'interrogent sur le moyen de relancer concrètement un projet politique pour l'Europe. Le Parlement européen, dans sa majorité, rumine sa morosité. Les Etats membres se regardent en chien de faïence et la prochaine présidence de l'Union, assurée par la Finlande à compter de juillet, risque de ne rien modifier. La Commission européenne se contente d'assurer la protection des consommateurs : c'est son rôle principal dans l'espace communautaire. En l'absence de projets européens forts et concrets pour le citoyen, l'Europe exécute des directives souvent perçues comme l'application directe de l'idéologie des marchés et de la finance mondiale. Un an après, le constat est limpide, en somme : l'Europe n'est pas plus libérale qu'avant, elle n'est pas moins sociale et les partisans du fameux "plan B" sont comme la majorité : ils n'ont guère de solution pour sortir de l'ornière.

Et si l'on posait une question simple aux citoyens de l'Europe : voulez-vous d'un impôt européen pour financer quelques grands projets communs ? Cette question, il faudrait la poser à tous en même temps. Un débat européen serait alors lancé. Mais qui est aujourd'hui capable de prendre ce "risque" démocratique ?

Écrit par eurocitoyen | Lien permanent | |  Facebook | | |