eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/07/2006

EDITO : Sarkozy et une certaine illusion républicaine

Parmi les conditions fixées par le ministre de l’Intérieur pour régulariser « au cas par cas » des immigrés sans papiers, il en est une qui révèle une pensée politique à méditer.

Nicolas Sarkozy a en effet donné des instructions aux préfets pour qu’ils envisagent de valider le séjour des familles immigrées dont les enfants sont nés en France, ou arrivés en très
bas âge, et qui ne parlent pas la langue de leur pays d'origine.

Un jeune immigré devra-t-il donc abandonner l’idée de parler un jour sa langue maternelle ? Si ce n’est pas l'idée de cette mesure, alors à quoi sert-elle ? Pour se justifier, le ministre de l’Intérieur explique qu’il « serait cruel de renvoyer un gamin dans un pays qu’il ne connaît pas et dont il ne parle pas la langue ». Mais on peut voir la cruauté de l’autre côté. Qu’elle soit maladroite ou réellement intentionnée, cette proposition dénote une certaine tournure d’esprit du chef de l’UMP.

La langue est un pilier inaliénable de l’identité, de la culture et des racines d’une personne, quelle que soit son origine. La condition posée par le ministre de la République revient à exiger que les parents immigrés élèvent leur enfant dans une autre langue que la leur, ce qui tend à affirmer le principe d’une négation de la personne.

Et c’est un danger pour l’intégration. Car la réalité, du point de vue de la culture et de l’éducation, c’est qu’un enfant qui parle sa langue maternelle et à qui l’on enseigne, en même temps, une autre culture a plus de chance de devenir un citoyen éclairé et une personne équilibrée, apte à trouver sa place dans notre société mondialisée. C’est d’ailleurs le cas de dizaines de milliers de jeunes Français d’aujourd’hui, qui vivent une double culture. Bien sûr, il existe des situations de déracinement et de perte de repères, pour une minorité de ces jeunes issus de l’immigration, mais cette minorité ne doit pas cacher la forêt !

Cette condition sur la langue d’origine posée par le ministre est à rapprocher des valeurs nationales de la France, affirmées par ce même ministre en permanence. Certes, Sarkozy n’est pas Le Pen, comme l’affirment certains (procès injuste et dangereux) mais on peut répéter – dans toutes les langues - que le nationalisme de M. Sarkozy atteint ici des sommets qui écartent des réalités ce fils... d’immigrés hongrois.

Au fond, la dernière trouvaille du probable candidat officiel de l’UMP à la présidentielle ne fait que relancer cette vieille illusion française de l’unité culturelle de la République. Ce n’est jamais facile de s’intégrer dans un pays qui refuse d’accepter ses propres cultures croisées, personnelles et collectives. Certains Bretons, Basques et Alsaciens n’oublient pas que la France ne reconnaît toujours pas la charte européenne sur les langues minoritaires, au nom de cette illusion républicaine.

Pour sortir de cette ornière, il y a urgence à parler de République européenne.

Écrit par eurocitoyen | Lien permanent | |  Facebook | | |

Commentaires

Excellent ! Sarko l'immigré n'a effectivement rien pigé !!

Écrit par : bernard | 11/07/2006

Les commentaires sont fermés.