eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/07/2006

La paix au Liban passe par une Europe fédérale

Le retour à la paix au Liban serait sans doute plus facile avec une Europe fédérale. Les citoyens militants d’une Europe politique souhaitent généralement que l’Europe pèse de tout son poids dans le règlement diplomatique des conflits au Proche-Orient. L'Histoire douloureuse de l'Europe plaide aussi pour cette option. L'Europe n'est pas suffisamment présente aujourd'hui, faute de gouvernement européen.

Si la politique du gouvernement d’Israël est peu contrebalancée, et largement soutenue par les options militaires anti-terroristes américaines, c’est notamment parce que l’Union européenne ne parle pas d’une seule voix et n'a pas la capacité de déployer des forces significatives dans les régions concernées. Si les Palestiniens n'ont guère de contestation lorsque leur Etat se délite, c'est aussi en partie à cause d'une large tendance européenne à soutenir aveuglément des organisations pas toujours décidées à faire progresser la démocratie dans cette région du monde.

Si l’aide aux victimes n’est pas satisfaisante, c’est en partie parce que les Etats d’Europe s’occupent, chacun pour soi, de ses réfugiés nationaux, sans trop se soucier des autres, alors que l’Union pourrait mobiliser des moyens communs pour soulager les populations civiles plus efficacement. Dans une optique fédéraliste, l’Europe devrait se doter d'un ministre des affaires diplomatiques, en lieu et place du poste de Haut représentant de pour la politique extérieure de l’Europe. L'Europe fédérale pourrait constituer une force militaire opérationnelle renforcée pour protéger les civils européens menacés par les conflits dans le monde. Enfin, une Europe fédérale aurait la marge de manoeuvre de créer une force de protection civile commune pour l’aide humanitaire internationale (proposition avancée récemment par l’ancien commissaire européen Michel Barnier).

En résumé, c’est sans doute une Union fédérale qui donnerait à l’Europe un cadre clair à ses actions diplomatique et opérationnelle sur la scène internationale.

Enfin, et ce n'est pas le moindre des arguments, une Union fédérale européenne permettrait à l’Europe de réclamer un siège unique au conseil de sécurité des Nations Unies et de jeter les bases d’une nouvelle donne à l’O.N.U.

Laurent Watrin

Écrit par eurocitoyen dans Blog | Lien permanent | Tags : Liban Europe | |  Facebook | | |

Commentaires

Bien dit.
En croyant pouvoir imposer leur "hard power", américains et
isréaliens ne font que dégrader leur "soft power" en suscitant
une réaction hostile de quasiment tous les autres.
Et le pire est à venir. Il ne concerne pas seulement ces vieilles
querelles de voisinage et de haies mal taillées qui empoisonnent
le moyen orient depuis des siècles et même des milllénaires
(que le fait que tout ce petit monde, Israel le premier, a appris à
bricoler la fusion explosive de l'uranium et du plutonium rend plus
préoccupant). Il concerne la confrontation à venir entre les ricains
et la chine, laquelle est considérée par la maison blanche comme
l'ennemi du futur.
C'est pour cela d'ailleurs que les investissements militaires ricains
restent centrés sur les gros équipements digne de la guerre des
étoiles. Alors qu'elle ne s'est jamais vraiment préparée aux situations
de guerrilla, où le fantassin doit se démm... sur le terrain, sans trop
compter qu'une cavalerie de robots viendra zapper au laser toute
opposition des apaches.
Pourtant le monde est trop dangereux pour favoriser, si l'on se
réfère à la théorie des jeux, les jeux compétitifs aux jeux coopératifs.
Il est certain que faire de l'europe une puissance fédérale joiuerait
un rôle de modérateur, si ce n'est d'arbitre. C''est absolument
insupportable de penser qu'en restant la vieille "europe des nations",
celle qui a fait qu'on s'est étripé entre nous pendant des siècles, on
s'est condamné à l'impuissance.
Et puis, mine de rien, je viens de plaider pour un fédéralisme
mondial, ou du moins un peu plus d'institutions supranationales.
Pas seulement des clubs intergouvernementaux de marchands
de tapis (voir l'échec de l'omc, du G8, de l'onu...), mais des
institutions démocratiques ou seraient représentés directement
des citoyens de tous continents.
S'agit de passer de l'inter-national (qui reste basé sur la primauté
des nations, ces bestioles par nature belliqueuses) au mondial.
Nous manquons cruellement de mondialisation, institutionnelle
je veux dire. Au lieu de brocarder la mondialisation économique, il
serait peut-être bon de considérer qu'elle ouvre la voie à des
rapprochements en d'autres domaines.
jpv

Écrit par : verdier | 27/07/2006

Bonjour,

Peut-être.....?
Une guerre qui arrange trop de monde, sauf les innocents, bien entendu !
Le Hamas et Israël ont joué l'escalade pour écarter le danger de paix et serrer leurs rangs. Dans la poudrière régionale, le Hezbollaz a donné à Israël le prétexte rêvé de lancer une "guerre préventive" au Liban. Maintenant, à qui le tour ?
La guerre au Proche-Orient arrange trop de monde, parce que chaque roquette tirée au Liban fait monter le prix du baril et l'Iran encaisse, comme l'Arabie saoudite. A l'incertitude créée par les événements au Proche-Orient, les investisseurs répondent en achetant de l'or, du pétrole et des emprunts d'Etat américains, tous facturés en dollars qui s'apprécient par rapport à l'euro.
Cette guerre est le résultat de l'indifférence et la passivité de la communauté internationale depuis des années devant le pourrissement de la situation dans une région où tout est lié. De lâchetés internationales en laisser-faire intéressés, les acteurs régionaux ont eu tout loisir de cultiver leurs démons. Au bout de cette chaîne d'irresponsabilité, il y a la guerre. Jusqu'à quand ? Et surtout jusqu'où ? Jusqu'en Iran ? Jusqu'en Syrie ?

Voilà le nerf de cette guerre immonde......L'ARGENT !

Amicalement

Écrit par : Erin06 | 01/08/2006

Les commentaires sont fermés.