eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/08/2006

La préférence nationale se cache derrière les régularisations d’immigrés

Voilà une affaire qui illustre l’incohérence des lois qui s’appliquent aux immigrés sans papiers.

A Saint-Dié-des-Vosges, une immigrée africaine obtient cet été sa carte de séjour et un permis de travail. Cette jeune Mauritanienne est donc reconnue par les services de l’Etat. Normal puisqu’elle répond aux fameuses règles de l’intégration à la Nation : elle parle français, sa fille, née en France, est scolarisée en bonne et due forme. Elle avait même une promesse d’embauche chez un patron vosgien qui comptait sur elle rapidement (avec d’autres candidats).

Problème, l’employeur potentiel a reçu une lettre officielle de la direction départementale du travail et de l’emploi lui expliquant que le poste ne pouvait revenir qu’à un candidat de nationalité française. Le patron a protesté, estimant la situation ubuesque. Mais c’est la loi. Résultat : Aïssata - c'est le prénom de la jeune femme - va devoir s’inscrire au chômage. Elle va chercher une formation rémunérée.

Certains « bons Français » vont dire que l’Etat offre des papiers à une immigrée pour qu’elle profite de "nos allocations". Si nous n’avions pas des lois absurdes, cela n’arriverait pas.

Laurent Watrin

Écrit par eurocitoyen | Lien permanent | Tags : Immigration | |  Facebook | | |

Commentaires

j'avoue ne pas comprendre : n'est-il pas illégal de spécifier une préférence nationale ????

Écrit par : lesyeux | 07/08/2006

Non seulement la préférence nationale au travail n'est pas illégale mais elle est inscrite de manière disséminée dans plusieurs textes qui concernent notamment les emplois qualifiés réservés aux nationaux, les postes de la fonction publique interdits aux étrangers, les heures travaillées plafonnées pour les immigrés avec permis de travail...

Écrit par : laurent | 08/08/2006

Désolant ! Votre grande nation devrait évoluée, ils préfèrent voir les gens au chômage ?
Les votations de 2007 devraient donner à réfléchir à plus d'un.

Vos élus ne profitent-ils pas de vos impôts pour mener la grande vie ?

Amicalement

Écrit par : Erin06 | 08/08/2006

Disons de prime abord qu'en effet c'est "fort de café"...
Ceci dit le droit des étrangers est assez compliqué. Celà est un débat nécessitant un appel à des connaissances hélas trop techniques...
Pour peu que je sache,(j'avais il y a quelques temps une amie confrontée à ce type de problême) il revient à l'employeur de faire des démarches en préfecture pour "je pense" une embauche à durée longue ou indéterminée. Il doit invoquer la nécessité d'embaucher cette personne et en quoi celle-ci serait plus compétente qu'un(e) national(le). Le dossier est "je pense car c'est ce qui m'a été dit" renvoyé au ministère des affaires étrangères et revient au bout de quelques mois. De plus l'employeur doit verser une somme d'argent...
C'est très lourd et ici c'est scandaleux parce qu'il y a une petite fille née et scolarisée en France... Un assouplissement de la législation et matière de droit du travail et de statu des étrangers s'impose. Auquel cas on sera confronté à une progression de l'économie souterraine.

Écrit par : Thierry C | 16/09/2006

Ce que vous dites est juste.
LW

Écrit par : watrin | 17/09/2006

Estimez-vous normal que des parents préfèrent s'occuper d'abord de leurs enfants avant de s'occuper des enfants des autres ?
OUI ? Alors vous ne pouvez qu'être pour la préférence nationale (la FRANCE doit d'abord s'occuper des ses enfants - les personnes ayant la nationalité française - avant de s'occuper des autres) !
NON ? Alors vous seriez de mauvais parents !

Écrit par : ERRE | 22/01/2007

J'avoue que les rapprochements binaires aussi simplistes ne font pas tilt dans mon raisonnement complexe. Désolé de ne pas réagir comme un être unicellulaire ! En outre, la notion de préférence nationale que je suis est assez éloigné de ma conception personnelle de la citoyenneté. Et puis au fond, quitte à reprendre votre qualité d'argumentaire, un bon parent pour ses propres enfants ne pourrait-il pas être aussi un bon parent pour ceux des autres ?

Écrit par : laurent watrin | 23/01/2007

Les commentaires sont fermés.