eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/01/2007

Propos de campagne indignes !

Que signifie la multiplication des candidatures « antilibérales » à l’élection présidentielle ?

La surabondance des têtes d’affiche « à gauche de la gauche » est peut-être simplement une bonne nouvelle pour le pluralisme. Mais on a tout de même l’impression que Arlette Laguiller, Olivier Besancenot, José Bové et Marie-George Buffet disent à peu près la même chose : "nous voulons un autre monde dont la France serait la tête".

Marie-George Buffet, la candidate du PC, ne cesse de répéter que le débat est nécessaire. Outre le fait qu’on peut douter de la valeur du débat chez les communistes - aujourd’hui comme hier - cette attitude de façade cache des coulisses plutôt rugueuses. PC, LO, LCR et comité de soutien à José Bové sont en train de s’étriper pour se disputer la gloire d’un nationalisme raccorni, qui sent le renfermé, le repli identitaire et l’illusion destructrice.

Je sais que certains me traiteront de fou… Permettez que je vous confie un vieux fond gauchiste (eh oui...) et que je vous conte une anecdote personnelle (une fois n’est pas coutume). Ce dernier dimanche, j’allais chercher le pain dans le vieux centre de Massy (Essonne), en compagnie de mon père. Nous croisons alors deux militants du PC qui distribuaient de la propagande. Jusque là, rien d'anormal.

Nous engageons la conversation, avec l’un deux, la soixantaine, bavard , très bavard - et assez peu à l’écoute… Le débat s’engage doucement mais confusément sur la TVA, les impôts, le pouvoir d’achat, et l’Europe… J’affirme doucement au militant du PC que la France ne fera pas la révolution toute seule dans son coin. Réponse spontanée et criarde : « on s’en fout des voisins et de l’Europe ! ». Je rappelle alors que dans la région où j’habite, la Lorraine, 85 mille personnes sont plutôt heureuses de travailler chez nos voisins : Luxembourg, Allemagne et Belgique. Réplique immédiate du militant de Marie-George Buffet : « l’Allemagne, de toute façon, c’est plein de nazis ». Je fais alors observer à ce monsieur – haut et fort pour que les passants entendent - que ces propos ressemblent à ceux que j’avais déjà entendus chez des militants d’extrême droite. La remarque a choqué ce militant du PC. Tant Mieux !

Voilà, cher lecteur, comment le nationalisme le plus con et la xénophobie la plus crasse sont en train de gagner du terrain. A la gauche de la gauche, comme à la droite de la droite, hélas.. et parfois dans chacun de ces deux camps qui croient encore que la politique est une affaire de clans qui se tapent sur la gueule et qui essaient d’imposer leur point de vue au reste du monde. Je refuse ce clivage là. Je ne veux pas de cette absurdité.

Je suis prêt à arpenter les pavés pour le répéter jusqu’aux prochaines élections. Et je ne veux entendre personne me faire le reproche de sortir de mon « rôle d’observateur ». Observer - au sens étymologique du mot - c’est choisir un point de vue. L’heure n’est plus à la neutralité ; celle-ci est devenue inutile.

Réveille-toi électeur, militant ou simple citoyen perdu dans le magma du spectacle médiatique : regarde à côté de toi, ouvre ton coeur et ton intelligence !

La France est un petit pays. Son avenir, c’est l’Europe !

Le repli chauvin est criminel pour les générations futures !

Laurent Watrin (29 janvier 2007)

Écrit par eurocitoyen dans Actualités | Lien permanent | Tags : gauche, droite, centre, Europe, chauvinisme | |  Facebook | | |

Commentaires

salut Laurent...
L'épisode du contact pris avec le vieux militant communiste ne remet en question les fondements même du nationaliste... On peut être nationaliste sans être xénophobe. Les néo-gaullistes avec en tête Dupont-Aignan, voir JP Chevenement, même s'ils ont une analyse critique vis à vis des fonctionnements de l'europe, qui parfois peut s'avèrer non démocratique (il est un fait que l'union économique s'est faite avant l'union politique ; ce qui revient à tendre le baton pour se faire battre) se trompent sur la solution à apporter : adoption de la règle à l'unanimité pour tout sujet (confédération européenne à 27 impossible, exemple donné de la CEI (ex URSS) qui semble devenir une coquille vide), mais ne peuvent l'un comme l'autre être associés à des xénophobes.
Cependant en ce qui concerne ton épisode avec le militant communiste de l'autre jour... A mon avis tu es tombé sur un abruti... tout simplement.

Écrit par : Thierry C | 29/01/2007

Merci sur ce billet. L'anecdote que tu racontes n'est pas anodine, j'ai aussi été confrontée à la même réalité. C'est pourquoi je suis fervente de la démocratie représentative, et beaucoup moins des référendums.
Pour le réveil des consciences, c'est impératif, surtout face à la montée qui semble inexorable du populisme. Voir mon billet aujourdh'ui : http://catymi.blog.lemonde.fr/

Cordialement,

Catherine

Écrit par : Catherine Guibourg | 30/01/2007

Les commentaires sont fermés.