eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/05/2007

Fausse ouverture, vrai verrouillage

Au fil de nos rencontres de campagne, bon nombre d'électeurs tentent de comprendre le départ de certains députés UDF sortants, qui ont décidé de rejoindre l'UMP pour participer au gouvernement ou aux élections législatives, sous la houlette de Nicolas Sarkozy, plutôt que de monter dans le train du MoDem.

Comment croire que des élus du centre puissent être aujourd'hui des alliés objectifs et permanents du président de la République ? La question vaut aussi bien pour certains ralliements de gauche, comme celui de Bernard Kouchner.

Nicolas Sarkozy - ayant pris la mesure de sa fonction en allant passer quelques jours de vacances sur un yacht au frais de son ami Vincent Bolloré - se situe nettement dans un régime présidentiel autoritaire, et dans un affairisme de type Berlusconi. Ca, c'est pour la forme.

Sur le fond, le nouveau chef de l'Etat a promis à ses alliés internes de ne pas toucher aux Institutions de la France. Il a aussi promis une "pause" dans la décentralisation et il a recruté le plus centralisateur des premiers ministres. C'est cela l'ouverture ? Non, bien sûr. En tout cas, sur tous ces sujets, l'UDF-MOUVEMENT DEMOCRATE est en désaccord.

Autre anomalie qui confine au danger pour le pays : les députés UDF sortants ayant choisi de faire campagne dans le sillage de l'UMP sont obligés de respecter un curieux "pacte présidentiel" fondé sur des piliers hallucinants : ils devront toujours voter le budget, toujours accorder la confiance au gouvernement, et jamais la censure. Sinon, dehors ! Au temps de l'Union soviétique, c'était la même chose à Moscou.

Il est évident que ce gouvernement d'ouverture aujourd'hui affiché (qui peut encore y croire vraiment ?) ne durera pas. Martin Hirsch, ancien président d'Emmaüs, qui n'est pas ministre (heureusement pour Sarko), vient déjà d'adresser une pique à Sarkozy en émettant des doutes sur certaines de ses promesses dans le domaine social.

Dans quelques mois, si jamais les élections législatives lui donnent une majorité écrasante, Nicolas Sarkozy aura probablement repris son vrai combat personnel et univoque : la concentration des pouvoirs, avec un gouvernement verrouillé, dont les membres seront strictement à ses ordres, et une majorité parlementaire peuplée de pantins, moulés dans une chambre d'enregistrement. Drôle d'idée de la démocratie et dangereuse pente - qui risque d'être bien raide - pour la France des années qui viennent.

Il est donc urgent de voter pour des candidats libres, indépendants, qui sauront être vigilants afin de rééquilibrer les pouvoirs et de faire valoir le pluralisme.

Le 10 juin, votez MOUVEMENT DEMOCRATE ! Sur la 3è circonscription, vous ne pouvez pas vous tromper : c'est Lucienne Redercher, la candidate la plus dynamique et la plus proche des citoyens !

Écrit par eurocitoyen dans Actualités | Lien permanent | Tags : Sarkozy, MoDem, bayrou, indépendance | |  Facebook | | |

Commentaires

Laurent, tu relèves à très juste titre que "les députés UDF sortants ayant choisi de faire campagne dans le sillage de l'UMP s... devront toujours voter le budget'. Or, Woerth vient d'annoncer une "pause" dans la luttre contre les déficit (faut bien compenser les promesses fiscales...) Comment, en conscience, les ex députés udf pourront ils voter un tel buget ou une telle loi de finance rectificative pour 2007 ?
Sur un autre sujet, comment peut on se présenter à une élection, en annoncant que si on est pas élu, on quitte son poste ministériel, alors que, dans le même temps, si ces gens sont élus, ils ne siègeront jamais mais conserveront leurs ministères ? Ou est la logique ? Quel est le sens d'un tel vote ?

Écrit par : dramelay | 25/05/2007

Le seul vote permettant donc de démontrer qu'une autre voie est possible, c'est le vote MoDem !

Écrit par : dramelay | 25/05/2007

" Derrière le ralliement, il y a le désenchantement, et puis l’effacement. Derrière le rassemblement, il y a le courage et le succès."
Tu l'as très justement évoqué, Laurent.
Et comme ce qui nous rassemble nous unit, le 10 juin vous voterons encore et toujours orange!

Écrit par : Danièle | 27/05/2007

Les commentaires sont fermés.