eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/01/2008

Défendre la Justice contre l’obsession sécuritaire

Une pétition vient d’être lancée en Lorraine par un collectif de personnels de Justice, éducateurs et psychiatres, pour dénoncer le projet de loi sur « la rétention de sûreté », voté par les députés dans la nuit du 9 au 10 janvier. Le texte prévoit la possibilité d’enfermer, après l’exécution d’une peine, et sans limitation de durée, des personnes considérées comme dangereuse. Cette décision d’enfermer, éventuellement à vie, des détenus sortant de prison serait prise par un collège d’experts, sans nouvelle infraction jugée, sans nouveau procès.

Ce nouveau texte sécuritaire du gouvernement vient confirmer une position pratiquement obsessionnelle du chef de l’Etat. Nicolas Sarkozy pense que certains individus sont prédisposés à devenir des monstres (c'est la part d'inné qui gagne selon), et que la société doit tenir ces individus à l’écart à cause de ce qu’ils sont et non pas pour ce qu’ils ont fait. On ne condamne plus l’acte mais la personne. L’être est jugé avant les faits. Ce projet de loi sur la « rétention de sûreté » soumet la Justice à un diktat insupportable et place l’individu social dans une situation de suspect permanent a priori. Qui peut dire aujourd’hui si sa propre fragilité ou les circonstances de sa vie ne seront pas demain une porte ouverte à sa détention définitive parce que des « experts » auront pu en décider de la sorte, à un moment précis, parce que notre loi aura permis de se débarrasser du problème ?

Des représentants professionnels ont donc décidé de mobiliser l’opinion sur les conséquences d’une vision de la Justice en rupture totale avec l’Histoire de notre démocratie, les Droits de l’Homme et les lois européennes. Les initiateurs de cette pétition rappellent que la Constitution de notre République, dans son article 66, affirme que « nul ne peut être arbitrairement détenu. L’autorité judiciaire, gardienne de la liberté individuelle, assure le respect de ce principe dans les conditions prévues par la loi. »

Le président de la République avait eu l’occasion d’évoquer sa vision sécuritaire et, en quelque sorte, pessimiste de l’Homme, en avril 2007, dans un dialogue très instructif avec le philosophe Michel Onfray. Dialogue retranscrit par le mensuel Philosophie Magazine. C’était avant l’élection présidentielle. Mais pendant la campagne que l'on a vécue, nous n'avons guère eu le temps de réfléchir à ce côté obscur du personnage devenu premier homme de l’Etat. Dans cet entretien avec le philosophe Onfray, Sarkozy déclare qu’il se « méfie de cette attitude qui consiste à rechercher pour tout acte, aussi mauvais soit-il, des explications pour le justifier ». Un peu plus loin, il dit : « j’inclinerais à penser qu’on naît pédophile, et c’est d’ailleurs un problème que nous ne sachions soigner cette pathologie ». Et que doit-on comprendre lorsque Nicolas Sarkozy affirme qu’il croit en la transgression ? Sarkozy postule : « l’intérêt de la règle, de la limite, de la norme, c’est justement qu’elles permettent la transgression. Sans règles, pas de transgression ».

Les magistrats, avocats, personnels pénitentiaires, psychiatres et éducateurs qui ont choisi, en Lorraine, de barrer la route au projet de loi sur « la rétention de sûreté » soulignent que « en l’absence de toute définition scientifique et médicale de la notion de dangerosité, l’enfermement ne reposera que sur un pronostic, forcément arbitraire, sous la pression d’une opinion publique, bercée par le mythe du risque zéro ».

Car cette loi soumet en effet la Justice sociale et la civilisation à ce qu'on pourrait appeler la domination de la peur des transgressions. En ce sens, c'est un texte éminemment dangereux.

Pour signer la pétition : www.contrelaretentiondesurete.fr

Écrit par eurocitoyen dans Actualités | Lien permanent | Tags : Justice, rétention, sûreté, prison, détenu, Sarkozy, peur | |  Facebook | | |

Commentaires

C'est finalement une vision très religieuse qu'a notre pr... (pardon) Président de ses semblables, y compris pour son Eve qui, je n'en doute pas, n'a probablement pas encore croqué la pomme puisqu'elle continue à se promener dans le plus simple appareil.

Écrit par : Kat | 24/01/2008

Les commentaires sont fermés.