eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/02/2008

Histoires de compensation

Décidément, Nicolas Sarkozy possède un sens des mots hors du commun. Le chef de l’Etat vient d’installer une nouvelle commission, chargée de réfléchir à la mise en place d’une nouvelle forme d’entreprise audiovisuelle publique, débarrassée de ses recettes publicitaires. C’est la suite logique de l’annonce qui a surpris tout le monde, le jour de la première grande conférence de presse présidentielle. Cette commission télé est conduite par Jean-François Copé, qui cumule personnellement pas mal de recettes, avec ses fonctions de député, maire de Meaux, avocat... Il faut bien compenser son pouvoir d’achat. Mais passons…

Revenons au sujet : la télé sans pub. C’est pour l’année prochaine. Il faut faire vite. Nicolas Sarkozy veut deux choses :

1. Une télévision publique populaire débarrassée de la course à l’audience.
2. La disparition du budget tiré de la pub sera compensée à l’euro près.

En ce qui concerne le point n° 1, on ne voit pas bien en quoi l’absence de publicité met fin a priori à la double ambition de réaliser des programmes populaires (donc s’adressant au plus grand nombre) tout en gagnant de l’audience (c'est-à-dire en captant effectivement l’attention du plus grand nombre).

Au chapitre 2, il y a une légère erreur de calcul. France Télévisions, c’est plus de 800 millions d’euros de recettes publicitaires. La pub, c’est 4 heures par jour en moyenne de temps de programme. Si on compense à l’euro près, il manque de quoi fabriquer 4 heures de programmes ! Mais peut-être que la « compensation », dans le jargon sarkozien, ce n’est pas de la comptabilité.

La télé sans pub, chers amis, avec l’inflation, la baisse du pouvoir d’achat, et les caisses vides de l’Etat, c’est un vrai casse-tête. Le nouveau boulot de M. Copé n’est pas évident. Il s’agit surtout de faire en sorte que cette réforme ne se voit pas trop dans le porte-monnaie du contribuable. En tout cas, d'après Sarkozy, pas question d’augmenter la redevance (116 €, la plus faible d’Europe actuellement). Les opérateurs de téléphonie et d’internet, et les vendeurs de matériel audiovisuel sont dans la ligne de mire. Les consommateurs pourraient donc supporter le coût de la fameuse compensation.

Ah ! J’allais oublier. Dans l’histoire de cette compensation révolutionnaire et populaire, il y a un trou de taille : la radio. Car « l’audiovisuel public », c’est aussi Radio France. Sans la pub, ça fait 8% du budget en moins. Et là, pour l’instant, aucune compensation prévue. Jean-François Copé, ce mercredi 20 février, sur France Inter, était bien embêté par la question. « Ce n’est pas parce qu’il n’y a rien maintenant que cela empêche qu’on y réfléchisse » a-t-il répondu benoîtement.

Dans son dernier communiqué maison, le Syndicat national des journalistes (SNJ), constate que la radio est tenue à l’écart des réflexions présidentielles sur les compensations budgétaires et précise que 45 millions d’euros (ce que rapporte la publicité à Radio France), cela représente dix radios locales (soit un quart des antennes régionales actuelles). Il suffira probablement de compenser autrement...

LW

Écrit par eurocitoyen | Lien permanent | Tags : Télé, pub, budget, redevance, Sarkozy, Copé, syndicat | |  Facebook | | |

Commentaires

La télé absolument sans pub, c'est peut-être à pas de télé du tout que pense le président. Après tout, il n'a sûrement pas le temps de la regarder.

Écrit par : Kat | 20/02/2008

Quand il veut la télé absolument sans pub, c'est peut-être à pas de télé du tout que pense le président. Après tout, il ne doit pas avoir le temps de la regarder.

Écrit par : Kat | 20/02/2008

Les commentaires sont fermés.