eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/04/2008

Nos valeurs sont-elles à vendre ?

L'organisation des JO par la Chine dans un contexte de violences nous renvoie une question fondamentale : sommes-nous capables d'assumer nos valeurs collectives ? Lors du dernier café citoyen, à Metz, nous avons eu l'occasion justement de débattre de ce sujet, en tentant de répondre à une autre question : "les Droits de l'Homme sont-ils à vendre ?". Je me souviens qu'une participante prétendait qu'on ne pouvait pas imposer nos valeurs à d'autres et que les cultures institutionnelles se valaient toutes (je résume grossièrement sa pensée, et si vous passez par ici, Madame, veuillez me pardonner ou même rectifier mon propos). Je crois que si l'on ne doit effectivement rien imposer (principe cher à la pensée fédéraliste), les cultures ne se valent pas. Ni sur le plan des Institutions, ni sur celui de la morale et des pratiques sociales.

Il se trouve que certains défenseurs des JO chinois ferment les yeux sur le Tibet, en prétextant que ce petit pays n'a rien à dire et qu'il n'est pas un "modèle". Que le Tibet soit régi partiellement par un archaïsme religieux n'est pas faux mais ce n'est pas notre affaire. Mais avez-vous déjà vu un Tibétain imposer sa loi et affirmer qu'il avait raison contre le monde entier ? Pour avoir rencontré quelques moines tibétains et croisé des représentants du peuple tibétain en exil dans le Nord de l'Inde, je peux vous dire que nos valeurs européennes de démocratie et des Droits de l'Homme sont largement compatibles avec les leurs. Le Tibet célèbre même un "Democracy Day", au mois de septembre. Je précise que je ne suis pas bouddhiste et que la religion généralement m'ennuie. Libre à chacun de la vivre à sa façon. Fin de la parenthèse.

Liberté d'expression et valeurs démocratiques

Lorsque nos policiers français cassent la gueule à un photographe de la presse (libre ?) et déchirent les drapeaux de manifestants pacifiques qui n'ont rien de menaçant ou d'excité, les citoyens de ce pays sont en droit de s'interroger sur la portée de leur propre "modèle" et sur la valeur de "leurs" Droits de l'Homme, tels qu'on les pratique en France. Lorsque Robert Ménard, président de l'association Reporters sans frontières, attire l'attention en Grèce, il se fait emmener au poste de police et risque un procès. Depuis quand, en démocratie, enferme-t-on les gens pour leur liberté d'expression pacifique ? Depuis quand, en démocratie, chez nous, en France, les policiers ont-ils des pratiques qui rappellent certaines milices de dictature ? La ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie, dément qu'il y ait eu des consignes. Certaines de mes informations tendraient à prouver le contraire. Mais il est difficile de savoir qui a donné les ordres.

Les Jeux ont un objectif commercial


Au moment où la flamme olympique traverse la capitale, l'unité de lieu et de temps compose le drame que nous vivons et qui doit nous faire réflechir. Soyons clairs : le CIO (comité international olympique) est un organe mondialisé qui fait du commerce, tout en promouvant les valeurs du sport olympique (que l'on retrouve à peu près dans celles des démocraties occidentales). Le commerce, c'est l'objectif caché mais prioritaire. Le CIO est une sorte de VRP, vendu lui-même aux sponsors des Jeux. Sans sponsors, pas de Jeux. Cette fois, les fabricants et les lobbies (pour moi ce n'est pas un gros mot) ont décidé de se vendre à la Chine. Pourquoi pas ? C'est dans l'air du temps. C'est l'économie globalisée. Je ne porte pas de jugement de valeur en l'occurence. En revanche, sachant que l'unité de lieu et de temps des compétitions sportives en Chine permet de signer des gros contrats, il ne faudrait pas oublier la seconde partie - officielle et publique - de la mission du CIO : les valeurs. C'est là que les citoyens - amateurs de sport ou pas - doivent se réveiller. A mon humble avis.

Où va-t-on ?


En conséquence, dans cette unité - imposée par notre système - de lieu et de temps, que nous devons donc assumer, on peut considérer que "le partenaire" (en l'occurence la Chine) a sa chance sur le plan de certaines valeurs politiques. Les unités de lieu et de temps sont - principe théâtral - les révélateurs des scènes clés. A ce stade de la "pièce" - drame collectif - le régime chinois se campe dans la posture de l'acteur qui non seulement ne joue pas la pièce, mais en plus méprise le public et, par-dessus le marché (c'est le cas de le dire), le vole et le viole.

A titre personnel, ce qui me choque le plus, c'est l'attitude de nos propres institutions, soumises aux ordres de Pékin en plein Paris. Les services de sécurité chinois ont dirigé une partie des opérations. Rien que pour ça, je suis Tibétain.

Aux dernières nouvelles, même George W. Bush, qui impose la démocratie quand ça l'arrange, vient d'affirmer qu'il envisageait de ne pas assister à la cérémonie d'ouverture des Jeux. Décidément, nos valeurs foutent le camp.

Laurent Watrin
tél. 06 87 85 64 04

Écrit par eurocitoyen dans Actualités | Lien permanent | Tags : Jeux, CIO, Chine, Tibet, JO, démocratie, valeurs | |  Facebook | | |

Commentaires

Et ça pose même la question de savoir quelle est la valeur marchande de nos valeurs morales.

Écrit par : Kat | 09/04/2008

Bonjour !

Votre article est bien fait. (vous vous y connaissez bien, c'est indéniable). Je pense, en effet, que notre rôle, dans nos Démocraties, devraient être celui de défendre ces valeurs fondamentales, que devraient être défendues par le CIO et nos Etats.

Et, avec votre article, on s'apperçoit bien que ce n'est pas le cas. On va préférer fermer les yeux sur ce qui se passe (sous nos yeux...) pour mieux négocier des gros contrats marchands.

Même Georges Bush se risquerait à montrer l'exemple. C'est fort...

Écrit par : stéphane Devaux | 11/04/2008

Certes l'article est bien ficelé et le côté "bien pensant"est respecté avec une pointe de bon sens et de naïveté propre à ce type de sujet.
Bon, les valeurs des droits de l'homme sont indéniablement importantes, mais je pense que des choses ont été oubliées....
Rapelons nous déjà que le Dalaï Lama n'a jamais demandé l'indépendance, mais juste une reconnaissance culturelle avec respect de la population (légitime).
Le Tibet avant l'invasion chinoise était une théocratie qui n'avait rien à voir avec nos superbes idéaux libertaires.
Et enfin, et c'est celui qui va faché tout le monde, si la France ne devait traité, marchandé, qu'avec des démocraties, nous ferions actuellement partie du tier monde tant la pauvreté serait importante et la faillite de l'état sans égal. Alors, que nous voulions protéger des contrats, en faisant gentil aux cocos chinois, ne me surprend pas car ce n'est pas les Droits de l'Homme qui ammène de l'argent dans les caisse, bien au contraire!
Enfin, ceux que nous devrions boycotter et critiquer tant leur choix est écoeurant, c'est le CIO et donc les retransmission télévisées!!!!! C'est eux qui ont voulu les JO en Chine, et jusqu'à cette semaine, PERSONNE n'avait rien à y redire.....
Etrange retournement de situation, non?

Écrit par : Laurent B | 13/04/2008

Les commentaires sont fermés.