eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/06/2008

Maintenant, l'Europe des citoyens !

L'Irlande vient de rejeter par referendum le Traité de Lisbonne. Le "non" l'emporte à 53,4% (avec plus de 53% de participation). Ce résultat est avant tout une mauvaise nouvelle pour la méthode de coopération en Europe. C'est aussi peut-être le résultat d'un peuple qui sait ce qu'il doit à l'Union (ou qui l'a oublié ?) mais qui ne comprend plus où le projet l'emmène. Toutefois, ce vote irlandais peut sonner une bonne nouvelle et donner un nouvel élan à l'Union : un élan citoyen.

Comme l'a rappelé Jean-Claude Juncker, dès vendredi, le Traité de Lisbonne ne peut pas entrer en vigueur l'année prochaine. Le premier ministre luxembourgeois, qui est l'un des dirigeants européens les plus fédéralistes, fait écho au très euro-sceptique président de la République tchèque, dont le parlement n'a pas encore ratifié le texte. Vaclav Klaus, lui aussi, affirme que le processus doit s'arrêter.

La ratification n'est pas encore bouclée en Belgique, en Italie, au Royaume-Uni, au Pays-Bas, à Chypre, en Espagne et en Suède.

En France, le Ministre de la défense, Hervé Morin souhaite que "le processus de ratification dans les autre pays soit respecté et puisse aller à son terme". Si l'on respecte la méthode du compromis et si l'on veut garder le souci de la cohérence comme une source de clarté pour les citoyens, on ne peut pas défendre ce point de vue.

Le vote irlandais, nouveau symptôme de la panne de l'Europe, renvoie le Continent à ses vieux démons : la concurrence, les nationalismes, les peurs, et la moderne course au fric chacun pour soi... Tout cela empêche les citoyens d'Europe d'y voir clair. Mais pourquoi ?

L'urgence des démocrates européens, c'est de redonner espoir et enthousiasme à un projet qui ne fait plus rêver la majorité (celle dont on dit qu'elle est silencieuse). Il nous faut aujourd'hui des Pères "Refondateurs" de l'Europe, capables de donner un corps et une âme à une vision commune sensée, capables d'affirmer concrètement que le modèle européen n'est pas seulement une "bulle bureaucratique" (ce qu'elle n'est pourtant pas en réalité, car l'administration européenne est utile et pas si lourde que les préjugés le prétendent).

L'idéal européen doit pouvoir se remettre en action. Et devenir un idéat au sens de Spinoza (futurs ou ex candidats au bac, voilà un sujet de philo d'actualité !).

Le projet européen devrait surtout s'appuyer sur une méthode neuve : faire en sorte que les Européens puissent débattre et voter ensemble, au même moment, sur des politiques concrètes, et pas seulement sur des textes illisibles ou perçus comme tels. C'est sans doute l'urgence à bâtir pour tout démocrate européen qui se respecte. Pour que demain - maintenant ! - une Europe des citoyens soit possible.

Laurent Watrin

Écrit par eurocitoyen dans Edito | Lien permanent | Tags : Irlande, Europe, citoyens, vote, Lisbonne, traité, Euro | |  Facebook | | |

Commentaires

Elan citoyen ? Meuh non, il n'y aura rien d'autre qu'un statu quo. Le traité de Lisbonne ne laissait pas le choix entre une meilleure europe et une moins bonne europe. Il visait à mettre fin à plus de 10 ans de palabres sur une nécessaire réforme institutionnelle. C'est un échec et bien nous garderons les institutions actuelles, qui fonctionneront tant bien que mal. Les politiques n'auraient pas changé, elles ne changeront pas.
Le référendum irlandais est le résultat d'un raisonnement débile : lorsqu'une situation est mauvaise et qu'on en propose une meilleure, il faut refuser si elle n'est pas absolument parfaite !

Écrit par : dramelay | 13/06/2008

Mon cher Dramelay, tu as sans doute raison sur le fond. Mais les révolutions (de système) viennent toujours par le peuple. Ca prend du temps parfois. Mais il ne faut jamais mépriser la voix populaire lorsqu'elle ne comprend pas, avec insistance et de façon répétitive, les lignes de force fondamentales qui tentent de la gouverner. Un signal qui dure finit par faire mal aux oreilles. Et le "tant bien que mal" pourrait nous rendre sourds si l'on n'y prend garde...

Écrit par : watrin | 13/06/2008

Il ne s'agit pas de mépriser la voix populaire mais de savoir ce sur quoi elle doit être entendu. Oui, par exemple, à une référendum sur une texte court sur les grands principe de l'europe, non à un référendum sur une telle masse de traités (deux tout de même).
Quant à la voix irlandaise, elle s'est exprimée de manière apeurée, en réaction à une campagne où toutes les craintes fondamentales du peuple irlandais ont été agitées: perte d'indépendance, autorisation du mariage homosexuel, de l'avortement, hausse des impots etc... Alors que le traité ne traitait pas de ces questions de fond. Dans ces conditions, je n'accorde aucun crédit - en terme de message donné - à un tel scrutin.

Écrit par : dramelay | 14/06/2008

Me revoilà, l'empécheur d'européaniser en rond!

Personnellement, je suis plutôt content de voir une Europe débile se voir freiner! Je m'explique: Depuis le début, on nous vend l'Europe comme une merveille d'institution, mais qu'avons nous gagner? des lois contre certains fromages, des entreprises mises au silence pour le plus grand plaisir des sociétés étrangères, du lobbying comme on si bien le faire aux USA, un oubli clair net et précis de la volonté du peupe, une constitution tellement complexe que nous pouvions lui faire dire tout et n'importe quoi sans AUCUN réel fondement moral, un mini traité qui ne devait être voter que par des politisues en oubliant la voix du peuple, une protection social tirée vers le bas, une intégration de nouveaux pays sans le demander au peuple (Tous les nouveaux arrivants des pays de l'est, et bientôt la Turquie (on croit réver!)) alors que nous avions déjà du mal à nous entendre à 6 ou 12, etc...

Bref, l'Europe que je combat est celle qui cache tout aux citoyens que nous sommes. Si vous pensez que les Irlandais ont réagi bêtement, c'est que vous vous foutez royalement de ce que pense le peuple et donc que pour vous, l'Europe, c'est sans ces citoyens... Dommage, c'est eux qui y vivent et qui votent pour les dirigeants

Écrit par : Laurent | 14/06/2008

l'europe ne cache rien, les institutions européennes sont bien plus transparentes que les institutions nationales. mais c'est certain que face à des citoyens-crétins, l'information qu'elle peuvent donner n'a que peu de poids.

Écrit par : dramelay | 14/06/2008

Evidemment qu'ils sont transparents au parlement européen... La preuve, la population les soutient... Oups, excuse moi, les gouvernements les soutiennent...

Alors pourquoi avons nous accepter des pays supplémentaires alors que nous nétaions même pas capable de nous entendre à 6? ça, on ne me l'a as encore clairement expliquer... Pourquoi légiférer sur la taille de la rondelle de salami (véridique, ça a été fait au niveau européen!) mais pas prendre des sujets autrement plus constructif et pertinent tel que la fiscalité? etc...

L'Europe marche sur la tête, et elle a oublié la base du traité de Rome, à savoir une Europe d'idéaux à 6 puis économique et non purement et simlement économique à 27! Oui, le monde a changé, mais avec votre Europe, nous ne sommes bons à rien, seulement à se tirer une balle dans le pieds!

Écrit par : Laurent | 15/06/2008

Vous faites preuve d'une méconnaissance du fait européen. Avant de prendre pour acquis les mythe véhiculés par les brit's, allez faire un tour ici : http://ec.europa.eu/news/eu_explained/070823_1_fr.htm

Pour le reste, je maintiens que l'europe est bien plus transparente que ne le sont les administrations nationales. Il suffit pour s'en convaindre de voir comment fonctionnent les procédures d'accès aux documents communautaires.

Quant à votre question sur la fiscalité, il suffit de vous retourner vers les gouvernements des Etats membres. Ce son eux qui bloquent toute réforme en particulier de la fiscalité directe, pas le parlement.

Écrit par : dramelay | 15/06/2008

bon ben comme d'hébitude... Elargissement: pourquoi s'agrandir alors que l'on a déjà du mal à s'entendre à 6 ou 12? Aucune réponse! si vous avez un site sur lequel je peux trouver une réponse, cmmuniquer la moi, ça m'intéresse. et quand à la taille de la rondelle de salami, je vous assure que c'est une directive européenne.
Mais bon, si celà ne vous suffit pas, je vous rajoute l'aburdité de la Polique européenne sur l'agriculture! Une année on donne des subvention à qui plante des pommiers et l'année d'aprés à qui les enlève! et dois je rajouter le bel exemple du lait? et puis des subventions qui vont à des pays européens pour qu'ils achètent des avions de chasses.... US! oui, ça aussi, c'est note "belle europe"!
Pour moi, il y a des choses à remettre à plat! Mais bon, à 27, je ne vois pas du tout comment une Europe est possible! les intêréts statégiques sont tellement différents que celà en est étourdissant!

Écrit par : Laurent | 15/06/2008

L'élargissement de l'Union n'est pas une espèce de monstre sorti de nulle part. Il serait d'ailleurs préférable de parler de réunification de l'Europe. Les derniers pays membres de l'UE sont peut-être arrivés "massivement" d'un seul coup mais leur adhésion a pris du temps (15 ans minimum) pour adpater les politiques nationales, les pratiques, les intentions aux visions communes de l'Europe. Disons-le clairement : si les pays de l'Est ne faisaient pas partie de l'UE aujourd'hui, notre économie franco-française serait littéralement laminée par la concurrence de pratiques sociales indécentes et un état d'insécurité financière et sociale tel que nous aurions bien du mal à garder nos fameux acquis sociaux. Au lieu de cela, l'Europe a demandé à ces pays de "'l'élargissement" de bien vouloir se conformer à des règles avant d'avoir le droit de recevoir (un peu) d'argent de la part de l'Union et le droit et le devoir de participer au compromis européen qui élabore des politiques communes. Le coq gaulois n'a guère de leçon à donner à certains pays de l'Est, lorsque la France réclament des devoirs à l'Est en même temps qu'elle ne respecte pas certaines directives qu'elle a elle-même voulue et négociée. Le problème majeur de l'Europe, c'est la médiocrité et l'hypocrisie de ses démagogues nationaux qui entretiennent la crétinerie du peuple en lui laissant le mensonge comme morale politique.

Écrit par : watrin | 15/06/2008

Un lien utile pour combattre quelques idées reçues sur l'élargissement :

http://www.nouvelle-europe.eu/index.php?option=com_content&task=view&id=445&Itemid=90

Écrit par : watrin | 15/06/2008

Je trouve, en tout cas, que Dramelay et vous faites preuve d'un mépris assez insultant envers tous ceux qui ne partageraient pas votre vision de l'Europe (dont je fais partie). A l'heure où vous parlez de démocratie européenne, vous devriez déjà faire en sorte de ne pas traiter de "crétin" vos interlocuteurs ou ceux dont ils se font l'écho. Ou autrement, je crains que la prochaine campagne pour les européennes ne serve à rien, du moins pour vous et vos certitudes bienveillantes.

Bien à vous

Laurent
dljlorraine.over-blog.com

Écrit par : Un autre "Laurent" | 20/06/2008

Je suis tout à fait d'accord avec vous. Et je me fends d'une critique à l'adresse de Raphäel. Ce n'est pas une attitude constructive de traiter les gens de crétin, effectivement. Le respect de la démocratie c'est aussi le sens de la responsabilité de ses propos. Avouez tout de même que le sentiment européen et la construction politique (donc complexe) de l'UE sont souvent malmené, ces derniers temps, par des hommes de mauvaise volonté au simplisme édifiant et dont la courtoisie bien pensante et démagogue fait - hélas ! - des ravages.
Bien à vous
Laurent (celui du blog)

Écrit par : Watrin | 21/06/2008

Les commentaires sont fermés.