eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/11/2008

Quelle voix européenne dans le sauvetage planétaire ?

Le G20 est réuni à Washington depuis vendredi soir pour tenter d'apporter des réponses concrètes à la crise. Les dirigeants des grands pays industrialisés et des Etats en développement doivent tenter d'élaborer une stratégie globale pour éviter une crise économique dure dans le monde entier. L'Europe veut obtenir une méthode de travail et un calendrier de travail.

Selon le gouvernement américain, le G20 devrait mettre en place un "collège de superviseurs" chargé de contrôler les 30 plus grandes banques du monde afin d'éviter les risques excessifs. Des organismes tiennent déjà ce rôle : le Forum de Stabilité Financière (FSF), la Banque des Règlements Internationaux (BRI) et l'Organisation Internationale des Commissions de Valeurs (OICV), qui réunit près de 200 régulateurs de marchés. Une partie des membres du G20 souhaitent un système de prévention précoce des crises financières. Le FMI et le FSF sont candidats.

Les Américains sont favorables à une réforme du FMI et de la Banque Mondiale pour y accroître le poids des pays émergents. Mais les Etats-Unis n'accepterent pas l'idée d'une coordination de la surveillance financière. Washington refusent de voir apparaître un régulateur unique supranational des marchés et établissements financiers. Améliorer les règles comptables de chaque pays concernant les titres financiers fait aussi partie de la réflexion. Question : quels instruments peut-on mettre en oeuvre au niveau mondial pour lutter contre l'opacité et les malversations sur les marchés ?

La Chine a indiqué qu'elle était prête à soutenir davantage l'économie mondiale, en s'engageant à éviter les ventes massives des gros actifs chinois à l'étranger. La Chine finance la moitié de la dette américaine. Le Japon, qui finance l'autre moitié de la dette américaine, a proposé de prêter jusqu'à 100 milliards de dollars au FMI pour renflouer les pays les plus touchés.

L'économie mondiale change de main. Les Etats-Unis ne sont plus maîtres. L'Europe a sans doute un rôle moteur à jouer dans l'instauration d'un nouveau système de régulation. Mais entendra-t-on une voix commune ?

Écrit par eurocitoyen | Lien permanent | Tags : crise, europe, g20, finance, économie | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.