eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/05/2009

Le choix et l'inconnu

Si vous êtes électeur en France, vous allez voter le 7 juin pour renouveler le parlement européen. Je vous souhaite d'y aller avec enthousiasme. Mais ce n'est pas évident. Petit tour d'horizon sur les enjeux de ce srutin à un seul tour.

Le parlement européen est l'institution démocratique la plus importante pour décider de notre avenir commun, en France et dans l'Union européenne. On peut avoir envie de sortir de l'Europe. C'est un choix ouvert en démocratie. Le nationalisme contre l'Europe, c'est ce que proposent certains candidats...

Mais si nous considérons que l'Union vaut mieux que le repli sur soi, et si nous mesurons les bienfaits de l'Europe et les possibilités qu'elle offre, alors posons-nous les bonnes questions.

1. Quel sera le futur fonctionnement de l'Union ?

C'est l'inconnue majeure, même après les élections du 7 juin. A l'heure qu'il est, le Traité de Lisbonne, qui permettrait de renforcer les pouvoirs des députés européens, n'est pas encore ratifié. Les Irlandais doivent voter de nouveau en octobre. Le président de la République tchèque attend ce résultat irlandais (!) pour ratifier le texte dans son pays. Et la justice constitutionnelle de l'Allemagne doit dire, dans quelques semaines, si le Traité est conforme aux lois fondamentales de la République fédérale allemande. La difficulté, c'est que ce Traité de Lisbonne doit recevoir l'unanimité des 27 Etats membres de l'Union pour être mis en oeuvre. Et si ce n'est pas le cas ? Il faudra des députés européens assez courageux et libres pour évoquer cette aberration, et tenter d'initier et d'accompagner quelque chose de neuf pour faire fonctionner l'Europe efficacement et démocratiquement, avec les peuples qui le souhaitent. C'est l'état d'esprit des candidats du Modem, car "une autre société est possible", même si ce n'est pas pour tout de suite (la démocratie, ça prend du temps).

2. Quel est le pouvoir des députés européens ?

Traité de Lisbonne ou pas, les eurodéputés n'auront toujours pas, après le 7 juin, l'initiative des lois européennes. Mais la plupart des lois élaborées au niveau de l'Union passent par eux. Avec le Traité de Lisbonne, presque plus rien ne se déciderait sans les parlementaires européens. Il faut aussi savoir que le parlement européen ne maîtrise pas ce qui relève de la politique nationale (social, organisation de la santé, éducation...). Méfions-nous des candidats du 7 juin qui disent qu'ils combattront à Strasbourg la politique de Sarkozy... Cela n'a rien à voir. Ca, c'est pour 2012 ! En revanche, les députés européens ont le pouvoir de refuser la Commission européenne. Les candidats du Modem veulent une commission capable de proposer des vrais projets d'intérêt général pour les citoyens européens. Petit rappel : la Commission Barroso, très libérale et qui a recentré la politique européenne sur la "cuisine" entre les dirigeants d'Etats, en laissant de côté le parlement européen, a été appuyée par les deux grandes formations politiques actuelles au parlement européen : le PPE (droite) et le PSE (gauche). 

3. A quoi bon voter le 7 juin ?

Après le 7 juin, les eurodéputés français seront 72, sur un parlement de 736 sièges. On peut se dire que c'est peu. C'est vrai. Mais la façon de faire les lois en Europe permet à des députés courageux et travailleurs de faire basculer des majorités. Les partis classiques et les critères des Etats-Nations ont relativement peu de poids sur les grands projets votés par le parlement de l'Union européenne (on l'a vu pour le fameux "Paquet Telecom", ensemble de directives sur les télécommunication et l'internet). Conclusion : il vaut mieux voter pour des candidats qui connaissent le fonctionnement de l'Europe et qui proposent des engagements et des visions politiques réalisables, notamment pour faire face à la crise.

De l'info pédagogique ICI... et pour les électeurs de l'Est qui voudraient s'informer sur les choix des candidats du Mouvement Démocrate, rendez-vous le jeudi 4 mai à Shiltigheim (près de Strasbourg), Salle des fêtes, à 18h30. François Bayrou sera présent pour clore cette dernière grande réunion de campagne européenne.

Dans tous les cas, le 7 juin, allez voter !

Écrit par eurocitoyen | Lien permanent | Tags : europe, crise, fédéralisme, modem | |  Facebook | | |

Commentaires

Bonjour !
Sans aucun doute, le MODEM est un parti pro-européen.
Mais son président confond effectivement élection européenne et élection présidentielle. C'est très dommage.
Il ne s'agit pas de censurer Sarkozy mais d'élire des députés européens qui feront tout pour donner au Parlement européen les pouvoirs qu'il devrait avoir.
Par élimination (le MODEM est le dernier éliminé !) il reste Europe-Ecologie. C'est donc pour les candidats de ce "parti" (si on peut dire !) que je voterai.
Cordialement

Écrit par : Joke | 25/05/2009

Europe-Ecologie est une alliance de la carpe et du lapin, entre un Bové anticapitaliste, altermondialiste et anti européen et une Cohn Bendi fédéraliste à tendance sociale démocrate.... Bravo la cohérence..

Écrit par : dramelay | 26/05/2009

Pour répondre à Joke, François Bayrou parle de l'Europe et de la France en même temps, dans ses réunions publiques, actuellement, par souci de cohérence justement. Bayrou n'est pas candidat aux Européennes lui-même, pour pouvoir assurer cette cohérence. Les candidats du Modem pour le 7 juin, de leur côté, n'affirment absolument pas que ce vote serait une manière de sanctionner Sarkozy. Car ils savent bien que c'est faux.

Écrit par : laurent | 26/05/2009

Les commentaires sont fermés.