eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/05/2009

Arrangements entre amis

Les Socialistes allemands viennent d'annoncer qu'ils soutiennent le président sortant de la Commission européenne pour lui donner un nouveau mandat. L'ultra-libéral Portugais José Manuel Barroso a donc les faveurs d'une grande partie de la gauche européenne, dont les candidats se présentent au parlement de Strasbourg. Barroso a aussi le soutien des conservateurs, et notamment de l'UMP. Le PS français, comme le rappelle Martine Aubry, est fier de présenter un "programme commun" avec ses voisins socialistes. Dans ce "Manifeste", on peut lire : "la droite suit le marché, nous suivons nos convictions". Et quelle sera l'attitude des députés europeéns socialistes élus en France, face à la nouvelle candidature de Barroso, l'homme du supermarché ?

Le président Barroso, pendant son mandat, a répété au parlement qu'il ne proposerait jamais d'initiatives sans avoir obtenu, avant, l'accord des 27 Etats membres ! Ce qui a donné une Commission à la solde des marchandages entre dirigeants, pas très respectueuse des députés européens et des citoyens de l'Union. C'est contraire au pouvoir d'initiative et à l'ambition théorique de la Commission européenne. C'est contraire au sens des Traités. C'est contraire à l'idée des Pères fondateurs de l'Europe. 

La Commission doit imaginer des pistes audacieuses pour servir les citoyens, même si les Etats sont a priori contre. C'est après que ça doit se discuter, dans la démocratie, entre le Conseil de l'Union et le Parlement (ce qu'on appelle la co-décision, que le Traité de Lisbonne prévoit de renforcer). Si l'Europe n'avait eu que des présidents de Commission comme Barroso, on n'aurait jamais vu ni les fonds structurels européens qui financent les régions, ni l'euro qui stabilise l'Union dans la crise...

Le 7 juin, le vote utile pour les citoyens, ce n'est pas celui qui permettra de reconduire Barroso dans ses fonctions, à la faveur de cette entente entre socialistes et conservateurs européens. Les candidats qui veulent faire avancer l'intérêt général européen, qui croient autant à la France qu'à l'Europe, portent des valeurs humanistes, pas des programmes d'arrangements entre les amis du pouvoir déjà en place.

Écrit par eurocitoyen dans Edito | Lien permanent | Tags : magouille, tractage, commission, europe, ps, modem | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.