eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/06/2009

La démocratie et le débat

Les dérives d'un dernier débat télévisé ont peut-être pesé sur le scrutin. Difficile à dire même si les médias en ont beaucoup parlé. François Bayrou a sans doute été maladroit face à Daniel Cohn-Bendit. Maladroit aussi en parlant des manipulations de sondages. On sait bien que les sondages détournent l'attention et influencent l'opinion, dans un sens ou un autre. Il aurait mieux valu proposer par exemple de les interdire en période de campagne électorale. Le président du Modem s'est un peu trop drapé dans la peau de la victime cible de toutes les attaques. François Bayrou a aussi voulu insister sur le lien entre la France et l'Europe. Message inaudible. Le président du Modem le reconnaît.

Dans la circonscription Est, Nathalie Griesbeck, Jean-François Kahn et Yann Wehrling ont réalisé une belle campagne de terrain (les scores à Nancy et Metz, notamment, le démontrent). Ces candidats de grande valeur se sont montrés dignes et compétents. Ils ont été appuyés par des militants actifs sur le thème de l'Europe d'abord.

La médiatisation trop nationale du Modem a peut-être détourné l'intérêt des électeurs pour le projet de société européen des Démocrates. Mes amis et mois, nous l'avons souvent répété : il n'y a pas eu de réel débat projet contre projet. Et au jeu de la communication et du réseau organisé, Cohn-bendit et ses amis sont les meilleurs aujourd'hui, toutes sensibilités confondues. Il faut saluer cette victoire du moment. C'est une leçon pour tous les partis classiques, et aussi pour le Modem, mouvement jeune, en construction, qui n'a pas fini de s'organiser. La formation Europe-Ecologie, très hétérogène, fait bouger les lignes. Les Ecologistes obtiennent 53 députés européens. L'alliance des libéraux et démocrates (où siègent les députés Modem) recueillent 81 sièges. Bien difficile de tirer des conclusions nationales, après ce scrutin européen.

La mauvaise nouvelle, c'est l'abstention (environ 60% en France). Cette campagne a révélé l'urgence de "réformer" nos Institutions, au sens latin du terme (lire le joli chapitre sur la question dans le livre "Abus de pouvoir" signé Bayrou). Réformer au sens de redonner une forme acceptable pour gérer les affaires de la cité. Remettre les choses à leur place, retrouver le sens du débat et de la démocratie parlementaire.

Après ce 7 juin, la démocratie parlementaire européenne prendra peut-être un visage un peu différent. Mais puisque c'est une élection multinationale, il va falloir mesurer de plus près les nouvelles tendances qui entrent au parlement de Strasbourg. Elles ne sont pas forcément réjouissantes. Voir par exemple la nouvelle droite populiste, antieuropéenne et islamophobe au Pays-Bas.

Du Modem aux écologistes sincères, en passant par d'autres humanistes, espérons que l'esprit de Robert Schuman continue de souffler sur l'avenir de l'Union européenne.

Laurent Watrin

Écrit par eurocitoyen dans Blog | Lien permanent | Tags : europe, modem, bayrou, européennes | |  Facebook | | |

Commentaires

Je comprends votre déception.
Dany n'a pas été "le meilleur aujourd'hui".
Il est le seul à avoir fait campagne seulement pour les élections européennes.
L'UMP a fait campagne pour Sarkozy mais comme Sarkozy n'a pas de vrai adversaire ils avaient gagné d'avance.
Bayrou a fait campagne pour... lui. Grave erreur qu'il reconnaît. Trop tard.
Cordialement

Écrit par : Joke | 08/06/2009

Tout est une question de stratégie,d'acteurs authentiques,bien dans "ses pompes";la politique devrait laisser une grande place à la société civile,eva Joly,josé Bové me semblent bien représenter ces nouveaux acteurs que les électeurs attendent..,ne pas attaquer systématiquement les autres partis,surtout proposer et rassurer,aprés avoir énumérer les vrais problémes;un peu comme Yan Arthus Bertrand,qui nous dit trés justement ,que malgré l'état de notre planéte,nous n'avons plus le droit d'étre pessimiste,tout est une question de langage;peut étre que le probléme vient de Bayrou qui ne m'a jamais tellement convaincu,un peu mou,ce que j'avais pu vérifier par son comportement lors des derniéres municipales à Nancy(choix de FH sans concertations..),etre intelligent,c'est ne pas répéter les mémes erreurs,etre conscient,c'est ne pas céder aux pressions pour faire plaisir à la majorité qui est forcément toujours ancrée dans un consensus mou;bref de la stratégie uniquement...à revoir donc..

Écrit par : arnaud | 08/06/2009

Les commentaires sont fermés.