eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/09/2009

Encore un coup du centralisme...

Certaines réformes se font presque sans bruit mais elles racontent le "plan" en vigueur au sommet de l'Etat français en ce moment. C'est un plan de recentralisation, dans de nombreux domaines. Le pouvoir en place lance un message récurrent : les collectivités locales n'ont qu'à bien se tenir.

La politique de la ville bousculée

Il y a dix ans, le gouvernement français reconnaissait la profession d'urbaniste, avec la création de l'Office Professionnel de Qualification des Urbanistes. Parallèlement, une loi renforçait la coopération intercommunale pour la solidarité urbaine et la cohésion sociale. La politique de la ville avait souffert pendant longtemps d'une centralisation extrême. Les actes successifs de la décentralisation avaient permis d'éclairer les dossiers selon les besoins locaux, avec la compétence d'urbanistes formés - pour beaucoup - à l'Université. Ils sont environ 1500 aujourd'hui : professionnels de l'analyse, artisans de l'avenir des villes, acteurs du renouvellement urbain, conducteurs de projets territoriaux, tous au service de la proximité et des élus locaux.

La loi sur l'environnement, dite "Grenelle 2", envisage de revoir la cohérence territoriale de l'urbanisme. Théoriquement, à l'heure des politiques régionales de l'Europe (qui financent une bonne part des projets de cohésion territoriale et de développement durable), les urbanistes devraient être confortés dans leur mission au sein des collectivités territoriales. 

Discret décret

Mais le "plan" en route, en ce moment, dans notre pays vient contredire ce mouvement utile. Un décret du gouvernement (n°2007-196 du 13 février 2007) empêche les urbanistes diplômés de l'université d'accéder au concours d'ingénieur territorial en urbanisme. Motif : les urbanistes formés à l'université ne seraient pas suffisamment qualifiés techniquement ! 

Il y a quelques semaines, 1600 diplômés en urbanisme et aménagement du territoire ont donc reçu un courrier du centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) leur expliquant que leur cursus universitaire ne leur permettait pas de se présenter au concours.

Réaffirmer la politique de décentralisation

Manifestement, il s'agit d'une atteinte, à peine déguisée, au principe de libre administration des collectivités territoriales, socle de la décentralisation. Des élus Modem sont les premiers mobilisés pour défendre l'urbanisme comme compétence au service de la décentralisation.

L'urbanisme n'est pas une politique d'Etat, c'est une politique publique locale. Voilà le sens d'une pétition qui commence à circuler et qui demande à ce que, dès 2010, les urbanistes formés par l'université puissent de nouveau voir leurs diplômes reconnus et se présenter au concours d'ingénieur de la fonction publique territoriale.

Pour en savoir plus et soutenir cette pétition, rendez-vous sur http://www.acces-urbanistes-fpt.fr

Laurent Watrin

Écrit par eurocitoyen dans Actualités | Lien permanent | Tags : réforme, ville, urbanisme, politique, citoyen, etat, décentralisation | |  Facebook | | |

Commentaires

INFORMATION

« Je ne vous trahirai pas, je ne vous mentirai pas, je ne vous décevrai pas » Nicolas SARKOZY Mai 2007


Pendant les « travaux des régionales » le déménagement du Territoire continue !

A moins d’un mois des régionales la confirmation de la disparition, à la fin de 2010, de nombreux tribunaux dans des villes moyennes, après les atteintes déjà portées à de nombreux services publics de proximité, apporte une nouvelle preuve que l’Etat français, pachydermique, engoncé dans son jacobinisme étroit, joue contre ses Régions. Il créé en fait, sans souci d’Egalité de traitement, des « citoyens de seconde zone ». Cela ayant pour conséquence une nouvelle étape dans la désertification des Territoires.

Or le développement harmonieux des Régions, à dimension humaine, respectant les notions de subsidiarité et de solidarité interrégionale, l’existence de services de proximité à la disposition des citoyens, sont des facteurs d’équilibre des territoires, de création de lien social, de qualité de vie mais aussi, de paix sociale.

…/…

Ce problème doit être mis au centre de la campagne des régionales.

Ne serait-ce que pour rappeler au président de la République, que la devise « Liberté, Egalité, Fraternité » est le symbole de la République » et … sa déclaration dont contenu ci-dessous, lorsqu’il était candidat. …/…

Exode rural Aménagement du territoire

"Rétablir la confiance est plus que jamais nécessaire pour ceux de nos concitoyens qui sont issus du monde rural. Depuis des décennies, certains de nos territoires ruraux les plus fragiles sont gagnés peu à peu par la désertification. Or je veux affirmer, une fois encore, qu’il n’y a pas de fatalité au dépeuplement ni à l’exode rural, pour peu que l’Etat poursuive et amplifie ce qui fut toujours une grande politique, une politique originale dans notre pays, celle de l’aménagement du territoire. "

Pour découvrir le texte complet

Site Blanc C’est exprimé :

http://blanccestexprime.olympe-network.com/articles.php?lng=fr&pg=615

Site Agence Bretagne Presse :

http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=17461


Gérard GAUTIER
Saint-Brieuc le 22 février 2010

Gérard GAUTIER
Ancien Conseiller Régional de Bretagne
Président Mouvement « BLANC C’EST EXPRIME »
B.P. 330 22003 Saint – Brieuc cedex 1 Téléphone ! 02.96.33.50.34
SITE : www.blanccestexprime.asso.fr
COURRIEL : blanccestexprime@wanadoo.fr

Écrit par : GAUTIER | 22/02/2010

Les commentaires sont fermés.