eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/01/2010

Dérapage national ?

Dans un précédent article, les propos de la secrétaire d'Etat Nadine Morano sur "les jeunes musulmans à casquette" (débat à Charmes) ont fait l'objet d'un petit commentaire, mettant en lumière le sens des mots et le danger de l'amalgame.

Cette façon de jouer avec le feu du langage est-elle devenue une méthode dans certains rangs de l'UMP ? Le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, s'est livré au même type d'abus, à l'occasion d'un nouveau "débat" sur l'identité nationale, organisé dans les salons de la préfecture des Bouches-du-Rhône.

Jean-Claude Gaudin a évoqué les manifestations après le match Algérie-Egypte, dans "sa" ville, en novembre. Il y a eu des violences et des débordements inacceptables alors. Mais ce n'est pas la violence de la rue que Jean-Claude Gaudin dénonce. Suivez bien. Le maire déclare : "Nous nous réjouissons que les musulmans soient heureux du match, sauf que quand après ils déferlent à 15.000 ou à 20.000 sur la Canebière, il n'y a que le drapeau algérien et il n'y a pas le drapeau français, cela ne nous plaît pas".

De deux choses l'une : ou bien le maire de Marseille est très fort pour identifier la religion de milliers de personnes d'un seul coup d'oeil, ou bien il fait le même amalgame que Nadine Morano : une population "typée", un drapeau, une religion. Et allez, hop, tout le monde dans le même sac, voire plus...

Passons sur le fait que les chiffres cités par Jean-Claude Gaudin sont invérifiables. Passons aussi sur le fait que la victoire volée de la France sur l'Irlande, le même soir, n'a pas pu susciter l'enthousiasme au point de sortir le drapeau tricolore national...

Retenons donc l'essentiel : pour certains membres de la droite dans ce pays, le débat sur l'identité nationale n'en est manifestement pas un. Cela ressemble tout juste à une machine à faire peur pour récupérer un électorat et éviter de parler des vrais problèmes.

Une question : les simples citoyens qui ne se sentent ni vraiment français, ni religieux, ni footeux, ont-ils le droit de penser que les fondamentalistes - religieux ou politiques - feraient mieux de nous lâcher les baskets plutôt que de continuer de nous parler de la République comme des  mauvais commentateurs sportifs ?

- sur ce sujet, on regrettera de ne pas entendre l'amateur de foot républicain Philippe Séguin

Écrit par eurocitoyen dans Edito | Lien permanent | Tags : identité, débat, national, étrangers, religions, chrétiens, musulmans, juifs, bouddhistes, athées, républicains | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.