eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/01/2010

Le bâtiment vert sauce locale : un plat de résistance ?

L'énergie la moins polluante est celle qu'on ne consomme pas. La formule commence à se traduire dans la réalité. Réduire les activités humaines qui favorisent les gaz à effet de serre, c’est notamment la priorité des entreprises du bâtiment. Les directives européennes l’affirment depuis une quinzaine d'années déjà. Les Etats membres de l’Union s’y mettent petit à petit. Et localement, chacun semble vouloir apporter sa pierre à l’édifice.

Dans le cadre du Grenelle de l'Environnement, la Maison de l'emploi du Grand Nancy prépare le terrain, depuis quelques mois, pour définir les besoins de recrutement et les formations adaptées aux métiers du BTP. Le Grand Nancy fait partie des 3 agglomérations expérimentales dans ce domaine, avec Bayonne et Lille.

Objectif : définir des profils adaptés à la construction « verte » sur le territoire des 20 communes concernées. D’après la Communauté Urbaine du Grand Nancy (CUGN), l’immense majorité des 140.000 mille logements de l’agglomération doit se conformer aux normes nouvelles. Priorité à l’isolation thermique. Méthode : mettre tous les acteurs autour de la table. La fameuse concertation.

Nordine Boudjelida, directeur lorrain de l’Agence de la maîtrise de l’énergie (Ademe), répète que l’intercommunalité est un échelon pertinent pour connaître les ressources et élaborer certaines formations adaptées. « Bien sûr », ajoute le responsable régional, ce niveau local vient s’articuler avec les autres niveaux : Europe, Région, Etat. Le directeur de la fédération du BTP de Meurthe-et-Moselle estime que « nous sommes aux balbutiements ». Mais Philippe Grange est enthousiaste : « on a des perspectives à long terme » pour toute la profession.

Révolution technique ? « Non », répondent les élus, les communicants et les professionnels. Le maître-mot, c’est « adaptation ». Evolution des esprits, donc. Le développement durable sera bientôt intégré à toutes les formations. C’est à douter de l’intérêt du vote écologiste aux élections régionales de mars prochain, diront les mauvaises langues.

Au fait, le bâtiment « vert », combien de divisions sur le bassin de Nancy ? Un millier d'entreprises – souvent artisanales. Et combien d'emplois demain ? Réponse du vice-président de la CUGN, Henri Bégorre : « restons prudents sur les chiffres ».

Le plus rude, en période de mutation économique, c’est peut-être la mise en musique des bons outils aux bons niveaux de décision. Petits rappels : l’Europe met le paquet sur les budgets « verts », l’Etat gère les filières de l’Education pour les métiers de demain, le gouvernement engage les plans de relance, et la formation est la compétence de la Région. Le niveau local ? Force d’appui, sans doute. Mais sans la cohérence de tout le reste, ce n'est peut-être qu'une goutte d'eau vouée à la sécheresse.

Écrit par eurocitoyen dans Actualités | Lien permanent | Tags : développement durable, écologie, btp, nancy, lorraine, régionales, europe | |  Facebook | | |

Commentaires

C'est incroyable!

Écrit par : Silver jewelry | 31/03/2010

jamais pensé ...

Écrit par : Barcelona apartments | 31/03/2010

c'est deja depuis longtemps que je tache de trouver un bon blog pour ameliorer mon francais. le votre me convient beaucoup, je l'ai ajoute dans le RSS et je vais le lire regulierement. merci!

Écrit par : Ann custom software development | 02/04/2010

Les commentaires sont fermés.