eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/03/2010

La dictature est-elle séduisante ?

La Lorraine est une région marquée par trois réalités fortes.

1. La Lorraine est plus touchée par la crise que les autres régions de France : 14% des habitants survivent en dessous du seuil officiel de pauvreté (879 euros par mois). Des centaines de Lorrains qui travaillent vont aux restaurants du coeur pour nourrir leur famille.

2. La Lorraine est une région plus européenne que les autres régions de France. Trois voisins directs : Luxembourg, Allemagne, Belgique. Près de 120.000 Lorrains travaillent régulièrement chez ces voisins européens.

3. La Lorraine est la première région d'immigration de France. En Moselle : 131 nationalités, 9% d'habitants d'origine extra-française. Historiquement, l'économie lorraine a attiré des vagues de familles, de langues et de cultures multiples. Italiens, Polonais, Allemands, Portugais, Turcs, Algériens, Marocains... Une diversité. Une richesse pour le vivre-ensemble.

Ces trois réalités éclairent paradoxalement le vote de dimanche, à deux niveaux :

1. La Région, comme collectivité politique, est le niveau de pouvoir le plus important dans l'espace européen, pour développer l'économie et vivre ensemble. Mais plus de 58 % des électeurs lorrains n'ont pas voté (c'est plus que la moyenne nationale).

2. L'Europe et la diversité sont les moteurs de la Lorraine. Mais l'extrême droite (Front national et MNR) capte plus de 18% de l'électorat exprimé (près de 30% dans certaines communes). Alors qu'elle n'a pas de militants et qu'elle n'a rien à dire de constructif.

Devant des signes de tension et de désespoir, qui sont plus forts en Lorraine qu'ailleurs, le pouvoir central - le gouvernement - risque d'avoir un réflexe : continuer à recentraliser les lois et la politique en général. L'UMP pourra toujours expliquer que "l'ouverture" à gauche suffit à garantir le pluralisme. Sarkozy, et une partie de ses adversaires, pourront toujours expliquer que l'autonomie des régions ne sert à rien puisqu'elle n'intéresse pas les citoyens. Pente naturelle de la démagogie et du mépris qui prépare toujours le pire.

Bien sûr, il ne faut pas conclure trop vite. Dimanche prochain, il y a un second tour. Mais la démocratie est malade et désespérée. Des millions d'électeurs français sont peut-être en train d'ignorer que la dictature commence toujours par le désespoir.

A moins qu'une autre solution permette de sauver la démocratie : tirer au sort une partie des représentants du peuple pour s'occuper des affaires de la cité ensemble. C'est ce que pratiquait la démocratie, à ses débuts, en Grèce et dans la Rome Antique. Mais à l'époque, il y avait des exclus du jeu démocratique : les femmes, les esclaves, les étrangers.

LES RESULTATS DU PREMIER TOUR EN LORRAINE (13 listes en présence)
Inscrits : 1 666 284
Votants : 692 338
Exprimés : 660 889
Abstentions : 973 946 58,45 %
(Le vote blanc n'est pas pris en compte)
Votes exprimés et pourcentages : 
Liste Jean-Pierre MASSERET (PS) 227 060 - 34,36%
Liste Laurent HÉNART (UMP) 157 080 - 23,77%
Liste Thierry GOURLOT (FN) 98 286 - 14,87%
Liste Daniel BEGUIN (Europe Ecologie) 60 516 - 9,16%
Liste Claude BELLEI (MODEM) 20 905 - 3,16%
Liste Annick MARTIN (Non aux Minarets) 19 850 - 3%
Liste Philippe LECLERCQ (Front Lorrain de Gauche) 19 809 - 3%
Liste Jean-Claude KAAS (Alliance écologiste indépendante) 16 277 - 2,46%
Liste Jean-Noël BOUET (NPA) 14 819 - 2,24%
Liste Jean-Luc ANDRÉ (Debout la Lorraine) 14 880 - 2,25%
Liste Mario RINALDI (Lutte Ouvrière) 8 537 - 1,29%
Liste Victor VILLA ("La Voix Lorraine") 2 346 - 0,35%
Liste Patrice LEFEUVRE (Union des Séniors) 524 - 0,08%
 
Au second tour, il y aura trois formations : le PS et ses alliés (fusion probable avec des candidats d'Europe écologie), l'UMP et le FN.

Écrit par eurocitoyen dans Edito | Lien permanent | Tags : régionalse, lorraine, ump, ps, modem, fn, démocratie, europe | |  Facebook | | |

Commentaires

Salut Lolo,

J'avoue que le titre de l'article me laisse songeur : où se situe la dictature dans ce 1er tour de régionales qui n'a passionné personne ?

Voici les enseignements que je tire de ce scrutin :

- une très forte abstention dont les conséquences ont pour effet de renforcer d'une part le vote sanction (faible score de l'UMP) et d'autre part le vote contestataire (bon score du FN)

- le PS se porte mieux, et Europe Ecologie poursuit sur sa lancée

- le Modem est à l'agonie, mais n'était-ce pas prévisible ? Faute de stratégie cohérente, il me semble qu'une grande partie de l'électorat de F. Bayrou qu'on appelait "les déçus du socialisme" sont rentrés au bercail. Peut-on leur en vouloir ? D'autant que 2012 se profile à l'horizon, et que d'après de nombreux sondages, DSK apparaît comme étant le seul à pouvoir empêcher notre cher Président d'être réélu.

A+

Laurent W.

Écrit par : Laurent W. | 15/03/2010

C amusant d'avoir ton commentaire, M. Laurent Willemin (c'est ça ?) avec juste tes initiales. Pourquoi te cacher ? Bon, bref, je m'interroge sur le circuit de la déchéance démocratique. Quand la situation sociale devient pré-insurrectionnelle (ressenti de campagne), y'a le feu aux Institutions pas loin. Il n'y a pas qu'au Modem, que l'on ressent cela. Et pourquoi le scrutin n'a-t-il passionné personne ? Et c'est qui "personne" ??

Écrit par : watrin | 15/03/2010

Salut Lolo,

Oui c'est bien moi Laurent Willemin, je te rassure je ne me cache pas, c'est juste une habitude de signer ainsi, histoire de conserver un brin d'anonymat sur le net.

Désolé pour cette réponse tardive.

Quand je disais que cette élection n'avait intéressé "personne", peut-être aurais-je du dire "pas grand monde", en tout cas, pas une majorité de français qui ne s'est pas donné la peine de se rendre aux urnes.

Après, pour qu'il y ait une élection passionnée, encore faut-il qu'il y ait débat. Et personnellement, je n'ai pas beaucoup entendu parler sur le sujet, ni Bayrou, ni l'extrême gauche.

Finalement ce scrutin s'est très vite résumé à d'une part un vote sanction (contre la droite) ou contestataire (FN), et d'autre part un vote de renouvellement de confiance (à gauche) pour les élus en place.

Avec un peu de recul, je n'y vois toujours rien d'inquiétant, ni de bouleversant, pas même le score élevé du FN dans certaines régions, qu'il faut bien entendu relativiser compte tenu du contexte actuel et de la forte abstention.

Personnellement, ça fait des années que j'entends dire "ça va péter", mais il ne se passe rien. Je vois surtout un peuple abattu, fataliste, réduit au silence et à l'abrutissement par le travail, et qui a compris que protester ou faire grève, ça ne sert plus à rien.

Bref, rien de nouveau à l'horizon : Sarkozy ne va rien changer de sa politique d'ici à 2012, et nous imposera en septembre sa réforme des retraites (youpiiii 43 ans à cotiser !!!). Les français continueront à morfler, et à se plaindre aussi. Mais j'ai une telle non-foi en nos chers compatriotes que je les imagine assez stupides pour en redonner 5 ans de plus à notre président mal-aimé.

Enfin... les français feront ce qu'ils voudront et auront le président qu'ils méritent.

Quant à moi, je ne vote plus, je ne m'abstiens pas non plus. Par un concours de circonstances, j'ai été radié des listes électorales. Un mal pour un bien, un soulagement.

Je suis tellement dégouté, écoeuré de la politique (et toujours pas remis de mai 2007 !), que je n'éprouve aucune envie ni motivation d'aller me réinscrire.

Et puis, pour voter qui ? pour voter quoi ? pour quelles nouvelles promesses non tenues ? pour quels changements ?

A+

Laurent W. (alias Laurent Willemin)

Écrit par : Laurent W. | 29/03/2010

Les commentaires sont fermés.