eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/09/2010

Réforme des retraites en France : les députés de la majorité votent les premiers articles du projet de loi dans un climat d'opposition forte et avec des arguments européens faussés présentés par le gouvernement. Comment sortir du simplisme ?

Le projet de loi compte une trentaine d'articles. Près de 600 amendements sont déposés. devrait se poursuivre jusqu'au début de la semaine prochaine. Les députés doivent se prononcer le 15 septembre 2010 (mercredi) par un vote solennel sur l'ensemble du texte. Le Sénat examinera la réforme à partir du 1er octobre. Le gouvernement utilise la "procédure d'urgence", pour faire adopter définitivement cette réforme par le Parlement fin octobre, début novembre.

Déjà quatre jours de débat. La mesure phare du projet de réforme des retraites est adoptée. Pas mal de députés étaient absents pour ce premier rendez-vous, sur lequel Nicolas Sarkozy s’est personnellement impliqué.

Les parlementaires majoritairement présents, de l’UMP et du Nouveau Centre, ont réalisé, vendredi 10 septembre, l’adoption du « socle » de la réforme : le passage de l'âge légal de départ à la retraite à 62 ans. Entrée en vigueur pour tous les salariés prévue en 2018.

La retraite à 60 ans, c’était l’idée de François Mitterrand. Validée en 1983.

Avec le cap des 62 ans, en cette rentrée 2010, la gauche dénonce un recul.

Les syndicats appellent à une nouvelle grève, contre cette réforme des retraites, le 23 septembre. La première action, le 7 septembre, a mobilisé plus d’un million de personnes dans les rues, à travers une centaine de manifestations en France.

Autre mesure de la réforme déjà adoptée : le passage de 65 à 67 ans pour une retraite à taux plein. Un morceau qui suscite l’opposition bien au-delà de la gauche.

Le président du Modem, François Bayrou, considère ce point comme une "profonde injustice". En guerre ouverte avec Nicolas Sarkozy, Dominique De Villepin (UMP) est sur la même longueur d’onde que Bayrou, et déclare que ce passage à 67 ans pour une retraite sans décote revient à " frapper les plus faibles, ajouter de la précarité".

La députée Chantal Brunel, membre de l’UMP, elle aussi, proposait que ce passage à 67 ans ne s'applique pas aux mères de deux enfants et plus. Cette demande, soutenue par la villepiniste Nicole Ameline, a été rejetée par le gouvernement.

La majorité UMP a finalement suivi les lignes tracées par François Fillon. Le premier ministre refuse toute concession sur les mesures d’âge. La question de la pénibilité est aussi évitée.

L’enjeu est de taille : il s’agit d’atteindre l’économie budgétaire de 18,6 milliards d'euros que le gouvernement compte faire à l'horizon 2018 grâce à cette réforme des retraites.

Le gouvernement français prétend que tous les pays européens ont relevé l'âge de départ à la retraite.

François Fillon et Eric Woerth citent notamment l'Allemagne, où le débat actuel porte le seuil à 67 ans. En réalité, les choses sont plus complexes : aujourd’hui, les salariés allemands peuvent quitter leur emploi, à l’âge de 65 ans, avec une retraite à taux plein validée après 35 ans de cotisation. Et la réforme en cours en Allemagne est freinée.

En France, pour la CFDT, il faut penser d’abord durée de cotisation pour tenter d’équilibrer les choses et assurer la justice sociale. La CFE-CGC (cadres), de son côté, redoute que l’équilibre financier ne soit pas trouvé si on ne repense pas tout le système des cotisations et de la répartition.

Enfin, les partisans de la droite libérale (Alternative Libérale) estiment carrément illusoire de vouloir sauver le système de retraites par répartition. On ferait mieux, selon eux, d'instaurer des retraites bâties sur des fonds privés, en responsabilisant les salariés.

La combinaison des deux systèmes - répartition collective et pension individualisée - existe notamment au Pays-Bas et au Royaume-Uni.

Les Anglais peuvent ainsi toucher une retraite complémentaire anticipée dès l'âge de 50 ans. Les Néerlandais ont droit à une retraite à 63 ans, s'ils ont contribué à un fonds de pension durant 40 ans.

 

Écrit par eurocitoyen dans Actualités | Lien permanent | Tags : retraites, réforme, sarkozy, bayrou, ps, ump, modem, fillon, woerth, villepin, âge, pénibilité | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.