eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/11/2010

Grande-Bretagne : les étudiants refusent de payer la rigueur

Le gouvernement britannique de coalition entre les conservateurs et les libéraux-démocrates affronte sa première contestation majeure visible.

Le projet d’augmenter les frais d’inscriptions des étudiants à l’université a déclenché un vent de colère. Déjà deux semaines de manifestations et d’expressions dans la rue.

David Cameron et son équipe au pouvoir à Londres envisagent jusqu’à un triplement des frais de scolarité dans les universités publiques britanniques.

Mercredi 24 novembre 2010, plusieurs dizaines de milliers de jeunes ont manifesté à Brighton, Cambridge, Liverpool, Manchester, Sheffield… Occupations d’amphithéâtres et de bâtiments universitaires se multiplient.

La presse anglaise note la difficulté à mesurer l’ampleur du mouvement, apparemment peu organisé pour l’instant. Le site internet du Daily Telegraph, quotidien plutôt marqué à droite, souligne l’impopularité du premier ministre conservateur. David Cameron a pourtant opéré « des choix justes », selon plusieurs éditorialistes anglais.

A Londres, le siège du parti conservateur a été envahi par des manifestants. Mercredi 24 novembre, la police a interpellé une quarantaine de personnes. Les journaux les plus populistes (les fameux tabloïds anglais) ont mis en avant les « violences » et les « émeutiers ». Cette agitation connaît quelques échos en France, notamment dans l’hebdomadaire L’Express.

Le plan d'austérité du gouvernement britannique, dévoilé en octobre 2010, prévoit 95 milliards d’euros d’économie budgétaire d’ici à 2015 (81 milliards de livres sterling).

Parmi les mesures destinées à freiner le déficit public britannique : la réduction des aides au logement, la baisse des allocations familiales en volume, et la diminution sévère (-19%) des dépenses de fonctionnement des ministères.

Le Royaume-Uni n’est pas membre de la zone euro mais la crise financière semble y frapper plus fort. Et le plan de rigueur britannique semble plus rude que dans le reste de l’Union européenne.

Les étudiants britanniques préparent de nouvelles actions pour ce mardi 30 novembre 2010.

 

Écrit par eurocitoyen | Lien permanent | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.