eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/03/2011

La paresse, la lâcheté et les séismes

Des sondages, il y a quelques jours, nous invitaient à songer à une future élection nationale encore lointaine. Résultats sismiques, selon certains. Méthodes contestables des sondeurs, pour d’autres. Commentaires multiples. Inutiles ?

 

Pendant ce temps, les élections françaises du moment concernent grosso modo la moitié de la population mais ne semblent intéresser personne. Même certains candidats aux cantonales se contentent de figurer sur les affiches. Ils ne font pas campagne. Visiblement, ils n’y croient pas ou n’ont rien à dire.

 

Dans un climat politique tendu, des voix fortes fustigent « les étrangers tous plus ou moins barbares » comme chantaient Georges Brassens. D’autres ironisent et grondent sur l’air du « tous pourris ».

 

La bulle médiatique peine à étudier, souffre devant l’analyse, redoute la nouveauté et invite toujours les mêmes à des débats courus d’avance. Habituelle chambre d’écho.

 

Au Japon, la démocratie est aussi culture du risque.

 

Au journal de 20h de France 2, ce lundi 14 mars 2011, édition spéciale Japon, le présentateur, David Pujadas, lance une question : « au Japon, ni panique, ni scène de pillage. Pourquoi ? La réponse avec ce reportage…». Suivent des commentaires en images qui présentent les Japonais en général comme un peuple fataliste, si proche de la nature qu’il se soumet volontiers à ses secousses.

 

En démocratie, l’espoir se mesure aussi à l’aune des séismes. L’énergie démocratique est aussi affaire de civilisation.

 

En pleine crise internationale, financière et écologique, le télescopage entre nos réalités locales et les événements du monde – Japon, monde arabe – interrogent notre capacité à garder la Raison.

 

Il est difficile d’exprimer une voix raisonnable, sereine, porteuse d’espoir pour le débat démocratique, ici et ailleurs. Si facile de sombrer dans les guerres de clocher, si simple de dénoncer toute ambition d’éclairer la complexité.

 

La paresse et la lâcheté nous font la vie dure.

 

La raison et le courage nous rendent l'espoir.

Écrit par eurocitoyen dans Actualités, Edito | Lien permanent | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.