eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/04/2011

la famille : compte-rendu du café citoyen du 18 mars 2011 à Nancy

Le premier tour de paroles invite une dizaine de participants à exprimer une définition de la famille aujourd’hui. Les plus âgés regrettent l’effacement de la famille « normale ». Pour Noëlle, « il n’y a plus de noyau » porteur de valeurs et de « règles précises ». Jacques estime que l’éclatement de ce noyau familial nuit souvent à l’éducation : « l’enfant est roi, les parents ont abdiqué ».

L’ensemble des participants reconnaît des progrès heureux : la contraception, la libération de la femme, le droit au divorce, la fin de la suprématie de la religion. Mais une majorité souligne les effets pervers de l’individualisme et de l’éclatement des familles.

Le modèle économique est mis en question. Clémentine, 27 ans, remarque que la vie de famille est souvent incompatible avec la vie professionnelle : par chance dans son entreprise, dit-elle, "la plupart des filles apprécient le rythme de travail car il permet d’avoir une vie de famille ».

De la famille traditionnelle à la vie sociale moderne, en passant par les conditions légales et les possibilités médicales de procréation, nous sommes passés à des formes nouvelles et diversifiées de relations familiales. Tous les participants l’admettent.

Clémentine évoque la notion de « famille symbolique » : celle qu’on se choisit et qui peut dépasser la formule classique et naturelle : couple avec enfant(s). Une dame raconte son expérience personnelle et résume : « on se sent parfois exclu de sa propre famille ». Mais, selon elle, il faut mettre des limites à la définition de la famille. Lesquelles ? Réponse pas évidente. Le débat s’oriente alors sur les couples homosexuels. D’abord réticent, Jacques approfondit sa réflexion au fil des échanges, puis il reprend l’expression de Clémentine pour accepter l’idée qu’une « famille symbolique peut se préparer à éduquer un enfant dans de bonnes conditions ». Jacques ajoute : « il faut évoluer avec son temps ». Noëlle retrace rapidement ses sentiments passés et présents sur le sujet : avant d’avoir des enfants, elle était ouverte à l’union homosexuelle, puis ensuite moins favorable, et enfin, maintenant que ses enfants sont grands, cette question l’indiffère.

La dernière partie des échanges bute sur la question médicale : jusqu’où peut-on aller dans la création de la vie et le droit des individus à fonder une famille ? Les réponses restent difficiles à exprimer.

En conclusion, les participants approuvent la formule de Clémentine : « la famille est une construction sur une relation d’amour ». Et la majorité pense que la loi doit permettre cette construction tant que certaines limites éthiques sont respectées.

 

Prochain débat : « faut-il une éducation au goût ? »

 

> RDV vendredi 22 avril 2011, MJC Pichon, à Nancy

Écrit par eurocitoyen dans Actualités, Blog, RENDEZ-VOUS | Lien permanent | Tags : café citoyen, mjc pichon, nancy, famille, religion, travail, économie | |  Facebook | | |

Commentaires

Je trouve que cette réunion sur la famille fut très enrichissante, c'est dommage qui n'y ait pas eu plus de couples et d'adolescents présents.
Amitiés
Jacques.

Écrit par : Jacques | 07/04/2011

Les commentaires sont fermés.