eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/08/2011

Le malaise dans le parc de loisirs

Accident malheureux au parc de loisirs de Sautron, près de Nantes (Loire-Atlantique), ce vendredi 12 août 2011.

Un employé de manège, coincé sous un wagon de l’attraction, est amputé d’une jambe, sur place. Cette radicale intervention des secours permet l’hospitalisation de la victime mais, comme le rapporte notamment Le Télégramme, ne parvient pas à lui sauver la vie.

Le manège n’est pas techniquement en cause, selon les gendarmes. C’est donc un banal accident mortel. Dramatique triomphe de l’absurde. Le jeune homme, 24 ans, n’aurait pas dû s’approcher du rail et du wagon roulant. La mort d’une personne peut attrister. Naturellement. D’autant plus si la victime est jeune. L’employé du manège avait 24 ans…

Mais il réside comme un malaise dans le périmètre de ce fait divers.

France Bleu Loire Océan note : les secours ont mis en œuvre une « cellule psychologique » pour « prendre en charge » les curieux de la scène.

Autrement dit, dans ce parc de loisirs de Sautron, le spectacle morbide, librement consenti par quelques-uns, a motivé l’assistance de la collectivité publique.

Notre société est-elle à ce point malade qu’elle en arrive à considérer les voyeurs comme les victimes ?

Rappelons que la procédure de cellule psychologique fut instaurée pour soulager les rescapés d’un attentat terroriste ou d’une catastrophe.

Des regards avides de mort et de sang, il en est de toutes les époques et de tous les contextes. Les bouchons de grande affluence estivale formés au bord des accidentés de la route le prouvent régulièrement. La guillotine révolutionnaire avait érigé « la mort en direct » en exemple républicain… Dans ces deux cas, chacun choisit son spectacle.

Mais que l’on vienne, aujourd'hui, soulager psychologiquement des sensibilités frappées de leur plein gré, voilà qui semble relever d’une moderne perversité : le confort du consommateur de spectacle - y compris morbide - remplace la responsabilité de la personne.

Faut-il accepter cette misère comme « normale » au nom de cette religion contemporaine qu’est devenue l’émotion permanente servie par les drames de l’actualité ? Dans ce cas, prévoyons des cellules psychologiques pour venir en aide à ceux qui gonflent l’audience du journal télévisé !

Le triste épisode de Sautron nous enseigne que « le malaise dans la civilisation » continue de creuser son sillon. 

Laurent Watrin


Écrit par eurocitoyen dans Actualités, Blog, Edito | Lien permanent | Tags : fait divers, manège, sautron, civilisation, cellule psychologique, freud, accident, absurde | |  Facebook | | |

Commentaires

Je partage complètement votre constat sur ce qui peut paraître anodin pour beaucoup d'entre nous.
J'irai même un peu plus loin dans le sens de votre démonstration.
Il me semble que notre société agissant de la sorte, ôte ou plutôt annihile la barrière symbolique si ténue et si fragile entre ce qui relève de comportements adaptés à la vie en commun et ce qui relève de cette obligation quasi forcenée à vouloir satisfaire tous nos désirs auxquels nous sommes de plus en plus dépendants, nous empêchant à porter intérêt à l'autre de façon simple et utile..

Redéfinir de ce qui relève de la sphère publique et ce qui concerne la sphère privée est un sujet pouvant amener des pistes intéressantes au thème de réflexion "Peut-on changer de système économique ?"

Bien cordialement

B. Druesne

Écrit par : B. Druesne | 26/08/2011

Les commentaires sont fermés.