eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/12/2011

Pour en finir avec l’hypocrisie

Ceux qui ont conscience de leur propre travail le savent : agent de l’Etat ou de collectivité locale, chef d’entreprise imaginatif, enseignant rigoureux, salarié encore enthousiaste, syndicaliste ou délégué du personnel sincères, artisan compétent, retraité actif… Bref, tout citoyen éclairé sait parfaitement bien que - surtout en temps de crise - la corruption et la connivence sont les organes puissants de l’hypocrisie. Hypocrisie aujourd’hui dominante, érigée en principe de résistance du système en place : cachons sous le tapis nos petites misères et continuons comme si de rien n’était, en chantant l’air traditionnel bien connu : « tout va très bien, madame la marquise ».

Un exemple : les caisses obscures des syndicats. Précision : « syndicats », ça veut dire syndicats de salariés mais aussi lobby de gros paysans et association de grands patrons. Ces derniers furent d’ailleurs les premières victimes de la brèche, ouverte en 2007 avec l’UIMM, dans l’hypocrisie générale.

Le financement des syndicats, tous confondus, est estimé à plus de 5 Milliards d’euros par an, selon le rapport parlementaire dont le député Nicolas Perruchot (Nouveau Centre) était en charge. Une bagatelle. Le plus grave n’est pas la somme d’argent. C’est ce qu’on en fait. Etant donné la quasi-absence, en France, de démocratie sociale - pourtant principe du syndicalisme – on s’interroge.

Un rapport parlementaire de 700 pages a tenté d’apporter quelques pistes de réponses et du moins d’ouvrir le débat. Les parlementaires sont faits pour ça, non ? Eh bien, finalement, le document est… enterré ! Pourquoi ? Parce que l’UMP et le PS se sont mis d’accord en commission pour ne pas aller plus loin.

Intention de cacher des choses ? Peut-être pas. Volonté de ne pas débattre ? Probablement. Preuve que la démocratie peine à s’exprimer ? Certainement.

En conclusion – mais ce n’était qu’un exemple - les affaires de la République et les encombrements de l’Administration ne cesseront que lorsque les mêmes cesseront de discuter avec les mêmes.

Les souffrances et les silences imposés à la majorité (des électeurs), tout cela peut et doit finir. Le futur chef de l’Etat français saura-t-il imposer ce sursaut salutaire ?

Réponse en avril prochain. Si le citoyen votant le veut bien.

Écrit par eurocitoyen dans Actualités, Edito | Lien permanent | Tags : syndicalisme, finances publiques, etat, ump, ps, modem, fn, nc, fdg, présidentielle, 2012, perruchot, thouly | |  Facebook | | |

Commentaires

Excellent billet, Laurent, car l'hypocrisie reste un sujet d'actualité.
Le fait que non seulement on refuse au député Perruchot son rapport mais qu'il lui soit interdit d'en parler pendant 30 ans (!!!) me choque au plus haut point.

Que contient-il d'explosif ?!!

Il faut que François Bayrou et tous les candidats aux présidentielles abordent courageusement ce problème d'indéniable opacité.

Écrit par : Françoise Boulanger | 14/12/2011

eh oui, mon cher Laurent... L'hypocrisie Républicaine
C'est combien l'adhésion ??
Bonnes fêtes

Écrit par : cran-ge | 15/12/2011

Les commentaires sont fermés.