eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/06/2012

Le parlement français sera-t-il européen ?

Les campagnes électorales de 2012 en France resteront marquées par une grande absence. Et cette absence représente peut-être la grande erreur stratégique des centristes humanistes de tous bords. C'était leur sujet de prédilection ; ils l'ont évité copieusement, préférant la gamelle de l'Etat-Nation, comme les autres...

Les centres - sociaux-démocrates, sociaux-libéraux, écologistes - ont échoué là où ils auraient pu, là où ils auraient du se retrouver et se renforcer : sur l'Europe.

Et maintenant ? Qu'observons-nous ?

1. Une abstention moyenne à plus de 42% au premier tour des législatives.

2. Une droite nationaliste qui caresse les frontières du Front National.

3. Une gauche à la conquête de tous les pouvoirs.

4. Un chef de l'Etat promoteur de la "renégociation" de l'Union européenne, à la peine sur sa vision de la coopération avec nos voisins.

5. Un gouvernement où figurent des ministres franchement eurosceptiques : Laurent Fabius et Bernard Cazeneuve notamment à des postes-clés.

6. Une assemblée nationale écrasée par la logique présidentielle, aboutissement de la réforme Jospin.

L'espoir ? Il réside bizarrement dans la sortie du flou de la campagne présidentielle. En effet, le projet de François Hollande est resté suffisamment vague pour tenir la corde sur des questions prioritaires : quelle croissance économique discuter avec nos partenaires en Europe ? Quelles Institutions bâtir demain pour l'Union ? Quelle rôle pour les régions françaises dans la politique Etat-Europe ? Quelle démocratie locale demain ?

De toutes ces questions, espérons que le prochain parlement français saura débattre utilement.

A lire aussi : l'éditorial du président de la Fondation Robert Schuman sur l'importance d'une expression française dans la crise européenne.

Écrit par eurocitoyen dans Actualités, Blog | Lien permanent | Tags : législatives, europe, hollande, ps, ump, fn, merkel, démocratie, régions, fédéralisme | |  Facebook | | |

Commentaires

C'est une leçon de l'histoire contemporaine qui remonte aux années 30 : quand c'est la crise les nations cherchent à se protéger, à fermer les frontières, à se replier sur leurs "identités"... Face à ça, ce que certains qualifient "d'idéal" européen ne pèse plus grand chose... De gauche ou de droite faut pas compter sur les députés pour nager à contre-courant.

Écrit par : YvesD | 12/06/2012

Parlant de l'histoire de l'Europe, E. Hass a écrit quelque chose de très intéressant : " Ce n'était pas la crainte de l'Union Soviétique; ni l'envie des Etats-Unis qui firent le travail. Les slogans sur les gloires passées de Charlemagne, des papes, de la civilisation occidentale furent certainement entendus, mais ils n'ont pas lancé la C.E.C.A ou la C.E.E..
Ce sont les buts économiques convergents imbriqués dans la vie bureaucratique, pluraliste et industrielle de l'Europe moderne qui ont fourni l'élan décisif" (Journal of Market Studies, 5 juin 1967)

Les gens votent avec leurs pieds et avec leur porte-monnaie.

Hélas, sans doute...
M

Écrit par : Mikael M | 24/06/2012

Les commentaires sont fermés.