eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/05/2013

"Passion citoyenne" : Compte rendu du Café Citoyen

Synthèse du Café Citoyen de Nancy

« Le citoyen doit-il être passionné ?» 

Ce compte-rendu résume les propos échangés par une dizaine de participants, réunis à la MJC Pichon, vendredi 17 mai 2013. Le débat continue sur le site internet des cafés citoyens.

L’animateur introduit ce sujet, à la lisière de la philosophie, en évoquant rapidement le thème de la passion dans l’Histoire de la pensée. Passion contre Raison dans l’Antiquité, passion exacerbée dans l’idéologie nationale du Romantisme européen, passion individuelle et passions collectives… Le débat s’ouvre sur une diversité de questions.

Alain estime que certaines situations font ressurgir les passions « comme on le voit, par exemple, en Grèce, avec la montée actuelle des extrêmes ». Selon Noëlle, « la passion fait avancer le monde, tandis que la raison peut être un frein à l’action ». Michelle estime qu’une « bonne réflexion » permet à une idée de se transformer en action passionnée.

Pour Françoise, le « passionné ne peut pas être expert ». Françoise peine à expliciter cette formule qui suscite des réactions de surprise. Anne pense qu’il n’y a jamais « trop de passion », car elle est humaine. Mais « est-elle toujours positive ? », interroge Noëlle. La passion est souvent « égoïste », selon Daniel.

Le débat s’engage alors sur le terrain de la citoyenneté et de la politique. Plusieurs voix évoquent la passion du pouvoir et l’égoïsme qui l’accompagne. Alain dénonce le manque d’écoute de « nos élus ». Anne considère que le « pouvoir engendre la passion du pouvoir ». Situation entretenue par le jeu des partis politiques, selon Noëlle, qui rêve d’une « cohabitation » au service de l’intérêt général. Véronique regrette « le manque de conscience professionnelle » des responsables politiques.

Nos Institutions devraient-elles être changées pour limiter cette passion du pouvoir, perçue comme négative ?

Alain propose une stricte « limitation du cumul des mandats». Anne constate que le système « se mord la queue » puisque les « engagements » qui permettraient le changement« ne sont pas tenus ».

Sans attendre un changement de système, quel peut être le rôle du citoyen ?

Damien raconte qu’il est devenu « un abstentionniste actif car notre système est anti-démocratique » ; il ajoute : « la Révolution française n’a pas donné le pouvoir au peuple ». Anne désapprouve : « l’abstention, c’est le danger des extrêmes qui, eux, vont toujours voter ».

Noëlle croit possible une « certaine distance » afin d’éviter de soutenir le jeu politicien. Le citoyen peut aussi se « passionner autrement », dit Daniel, en s’engageant dans des associations, par exemple. Le citoyen peut avoir des passions et des idées « communicatives », pense Noëlle. Au risque d’être « taxé d’utopiste », ajoute Françoise.

Mais « nous vivons une utopie permanente », affirme Damien, rappelant des progrès qui ont changé notre vie et notre vision. Damien en profite pour vanter sa propre action « utopique » en faveur de la gratuité du stationnement à Nancy : « cela a déjà fait baisser les tarifs ! ». Damien imagine une liste à l’élection municipale sur ce seul thème. L’idée suscite des réactions diverses et… passionnées !

Pour aller plus loin, Damien invite à « re-passionner » la démocratie en instaurant le tirage au sort des assemblées parlementaires : « nous aurions une représentation réelle du peuple, et je suis persuadé qu’il en sortirait  des choses très intéressantes ». Plusieurs participants trouvent cette idée intéressante. Anne, au contraire, défend les élections et préfère imaginer une correction du système qui permettrait de financer équitablement les candidatures.

Ce débat sur le thème de la passion aura permis d’exprimer des propositions citoyennes :

-         Limitation stricte du cumul des mandats

-         Tirage au sort de citoyens pour former les assemblées

-         Remise en cause de la logique des partis

-         Financement différent de la vie politique

 

Sujet voté pour la séance suivante :

« Est-on prêt à lâcher des acquis ? »

Rendez-vous le 14 juin 2013 à 18h30 à la MJC Pichon.

Écrit par eurocitoyen dans Actualités, café citoyen | Lien permanent | Tags : café citoyen, passion, élections, tirage au sort, cumul des mandats | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.