eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/06/2014

FN : l'anti-France pro-Russe

Les candidats du Front National nous ont habitué à un discours anti-européen. Lors des récentes élections euro-parlementaires, en France, près d'un électeur inscrit sur dix a été séduit, le 25 mai 2014, par la campagne du FN, résolument hostile à l'Union européenne. Marine Le Pen, tête de liste dans la circonscription Nord-Ouest, a elle-même drainé plus de 33% des suffrages exprimés en faisant croire à une autre Europe.

Mais de quelle Europe parle le FN ?

La communication orchestrée par Marine Le Pen masque une réalité : sa formation entretient des liens avec les tenants d'une ligne idéologique pro-russe et anti-occidentale.

Des représentants du FN ont rencontré des ultra-nationalistes russes, en compagnie d'autres membres de plusieurs partis européens d'extrême droite dure. Le site de Libération s'en est fait l'écho, ce 4 juin 2014.

Des proches de Vladimir Poutine cherchent à flatter, chez le FN comme chez d'autres mouvements nationalistes d'Europe, une fibre réactionnaire favorisant l'idéal d'un retour à la Grande Russie.

Cette ligne politique pro-russe est véhiculée par une fondation implantée en France. Sa vocation : tisser des liens avec les idées réactionnaires promues en Europe occidentale.

Alexandre Douguine est l'un des idéologues de cette nouvelle vague. Promoteur de la Russie impériale moderne - celle qui vient d'annexer la Crimée et qui alimente l'instabilité en Ukraine - ce penseur russe produit des thèses et des articles hébergés sur le site d'Alain Soral. La proximité du nationaliste français avec le FN est connue, même si, officiellement, Soral a rendu sa carte du Front.

Cette Russie "poutinienne", qui refuse la discussions avec les Etats-Unis et l'UE, tout en caressant l'espoir d'une grande Eurasie, prône des visions assez peu pacifistes.

Le journaliste ultra-nationaliste Alexandre Prokhanov, par exemple, agite la menace d'une nouvelle guerre mondiale, estimant que "la confrontation avec l'Occident va s'amplifier". On lira sur ce point l'excellent dossier publié par Philosophie Magazine

Les thèses impérialistes russes, économiquement neutres, cherchent en Europe des soutiens objectifs pour valider l'idée qu'une grande Nation, comme la Russie doit pouvoir entraîner le Vieux Continent derrière elle.

En se rapprochant de ces thèses, le FN nourrit son vieux rêve d'une concurrence exacerbée entre les Nations. Rêve de conquêtes et de rivalités, fantasme anti-démocratique, bataille contre le libre-échange et contre les rapports économiques fondés sur le Droit.

Autrement dit, la "grandeur de la France" et les "valeurs", affirmés régulièrement par Marine Le Pen, sont en réalité contestées le cache-misère d'un sabordage de l'Etat de Droit, promu par le parti d'extrême droite.

Le FN, au fond, ce n'est pas seulement l'anti-Europe, c'est aussi l'anti-France.

Écrit par eurocitoyen dans Actualités, Blog, Edito | Lien permanent | Tags : fn, le pen, douguine, poutine, europe, russie | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.