eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/03/2012

L'Europe dans tous ses états

L'Europe est la clé de l'avenir politique, pour la France, comme chez nos voisins.

Les textes qui régissent aujourd'hui la façon de proposer des contrats démocratiques avec les peuples de l'Union sont bafoués par des dirigeants trop nationalistes pour proposer des grands projets communautaires. Ces dirigeants sont d'abord de droite ou de gauche, avant d'être respectueux de la démocratie pour l'Europe, et solidaire avec les peuples qui les observent de moins en moins avec bienveillance.

Aujourd'hui, il y a  pourtant tout ce qu'il faut dans les traités pour que l'Europe devienne une puissance économique forte vis à vis de l'extérieur et solidaire pour ses citoyens de l'intérieur !

Lorsque nos chefs d'Etat et de gouvernement réclament des règles budgétaires sous la pression de leur opinion nationale supposée (méthode Merkel) ou des contrôles aux frontières délirants (méthode Sarkozy) au mépris des institutions européennes et de la coopération dans l'Union, ils sont les destructeurs de l'humanisme européen social. Lorsque les opposants à ces dirigeants réclament de tout revoir et de tout renégocier, ils méprisent pareillement les possibilités actuelles de l'Europe.

En France, le candidat présidentielle qui réveillera cette conscience humaniste aura les faveurs de la majorité des suffrages.

Et l'on peut faire le pari que cette majorité européenne et française est, encore aujourd'hui, malgré les tensions nationalistes dans l'opinion, une majorité confortable qui peut engendrer un gouvernement européen de la République.

> Pour un bilan chiffré et argumenté sur l'Europe, cliquez ici : Fondation Schuman

08/03/2012

La France, l'Europe et un peu d'amour dans la campagne !

2012, année des polémiques dangereuses et des faux débats ? Heureusement, la campagne présidentielle offre aussi des moments utiles, où la vision de l'avenir peut engager le discours des candidats et réveiller les citoyens électeurs.

A Strasbourg, mardi 6 mars, François Bayrou a évoqué l'amour de la France et de l'Europe.

Le candidat centriste, qui met en avant des valeurs nationales (laïcité, éducation, production) dans cette campagne électorale, n'oublie pas les valeurs de l'Union et la nécessité d'une Europe des peuples, démocratique et lisible, pour développer une économie solidaire dans l'Union.

Le président du Mouvement démocrate considère l'Europe comme une "clé du destin de la France" et la cohérence entre le projet économique du pays et la solidarité entre les Européens.

François Bayou sait que pour reconstruire l'Europe, il faut des chefs d'Etat qui veulent une Europe démocratique et légitime. Ne pas laisser les dirigeants nationaux gouverner seuls dans le dos des peuples. C'est pourquoi François Bayrou plaide pour l'élection d'un président européen au suffrage universel. Ni la gauche ni la droite n'affirment cette volonté clairement fédéraliste.

A l'heure des démagogies nationalistes de tous bords, la parole centriste sur l'Europe élève le débat, éclaire les esprits et peut réjouir les coeurs des Européens, même dans les rangs des sceptiques. Car l'Europe mérite autant d'attention que la France.

Espérons que les électeurs français s'en souviennent, le 22 avril prochain, au premier tour de la présidentielle.

Écrit par Eurocitoyen dans Actualités, Blog, RENDEZ-VOUS | Lien permanent | Tags : 2012, présidentielle, europe, bayrou, sarkozy, hollande, le pen, mélenchon | |  Facebook | | |