eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/09/2008

Un projet humaniste... à organiser !

Allez, pas de langue de bois ! Je reviens de l'université de rentrée du MoDem, tout au bout de la France, près de Saint-Raphaël, soleil de plomb varois et vent méditerranéen mêlés, loin des contrées nordiques d'où les militants centristes les plus courageux et les plus disponibles se sont quand même extraits pour participer activement aux tables rondes et applaudir aux paroles d'un week-end chaud. Pas de langue de bois, donc, et voici un exercice idiot : une auto-interview... (ne croyez pas que je sois devenu fou, ça doit être les coups de soleil...)

"Quel avenir pour le Modem ?"
Immense, un boulevard ! Le projet d'espoir de Bayrou (titre de son bouquin de campagne présidentielle) est plus que jamais utile et d'actualité. Le pouvoir monarchique qui dirige la France, les erreurs économiques de la droite dure, la dette creusée, le RSA injustement financé, l'absence de vision européenne forte, l'opposition incertaine de la gauche... Tout cela mérite un contre-projet cohérent. Cela tombe bien : c'est ce que propose le Modem.

"Oui mais, quand même, Bayrou est un peu seul ?"
Quand plus de 3 mille personnes se déplacent, en 3 jours, pour débattre, échanger, parler organisation du mouvement et programme, politique je n'appelle pas cela la solitude. Sincèrement, j'avais un peu peur de voir les doutes prendre le pas sur l'espoir. Eh bien, je suis revenu ragaillardi. Mais c'est peut-être le soleil...

"Mais la ligne du Modem est-elle claire ?"
La ligne du Modem est très simple : redonner espoir au citoyen en lui parlant de nouveau d'humamisme et démocratie pour la France et l'Europe. Comme l'a rappelé Bayrou, la République est de moins en moins démocratique, laïque et sociale, contrairement à ce que postule notre Constitution. A force de la réviser à l'emporte-pièce, cette constitution, on ne sait même plus ce que veulent dire les mots qu'elle contient.

"Mais quel est le positionnement du MoDem, par rapport à l'UMP et au PS ?"
L'UMP, c'est la toute puissance de l'argent glorifié et des solutions économiques et fiscales qui pèsent sur les classes moyennes. Bref, l'injustice sociale. Le Modem cherche à rééquilibrer les choses, tout en soutenant des projets utiles dans leur esprit, comme le RSA, mais celui-ci est mal financé puisque la taxe prévue échappera aux plus fortunés. Voilà pour le positionnement à l'égard de l'UMP. Quant à la gauche, il y a combat des chefs au PS, mais pas de projet, et des incohérences énormes sur l'économie et l'Europe. Au Modem, on ne défend pas le bilan des 35 heures, on ne propose pas une démocratie participative sans penser à une vraie réforme des Institutions et des niveaux de collectivités locales (cerains à gauche sont proches de nous, tout de même). Voilà pour le positionnement par rapport au PS. Et puis après tout, on n'a pas besoin de se justifier en permanence !

"Quelle est la stratégie électorale du Modem pour l'avenir ?"
Pour moi, c'est l'indépendance partout où ce sera possible, la proximité de projet partout où ne pourra pas faire autrement et le refus du sarkozysme partout. Il me semble que c'était assez clair dans la bouche de Bayrou ce week-end. Et puis la prochaine étape, ce sont les élections européennes. Aucun autre parti n'est aussi cohérent que le Modem sur ce suje, même si nous avons encore des propositions à débattre (impôt européen ou pas par exemple). Jean-François Kahn annonce qu'il veut s'engager sur ce terrain. C'est un signe encourageant.

"L'organisation du mouvement est en suspens, avant les élections internes du 27 septembre ? Et si ça ne marche pas ?"
Puisqu'on a dit pas de langue de bois, je vais être franc. Effectivement, cela pourrait ne pas marcher. Mais honnêtement, malgré les tensions dans certains départements, le fonctionnement du Mouvement pousse à l'intelligence, au débat et à la démocratie, car il offre la possibilité de confronter des points de vue différents au sein du Modem tout en réunissant tous ceux qui veulent bosser. C'est aussi ça le projet d'espoir. Moi, j'y crois. Et si c'est une illusion, on en tirera les conséquences le moment venu. Mais ceux qui font le reproche de la division ou de la supposée guerre des chefs, avant ces élections internes, manquent un tout petit peu de lucidité et de courage, à mon avis.

"Est-ce que Bayrou songe à organiser le mouvement ou bien est-il obsédé uniquement par 2012 ?"
Il faudrait lui poser la question directement. Je n'en ai pas eu l'occasion. Ca viendra peut-être. En fait, j'espère qu'il a l'obsession de gagner en 2012. Mais raisonnablement. C'est à dire en construisant le Modem justement. Et là, il va falloir clarifier des choses, notamment la position de certains élus récents. Et il va aussi falloir laisser faire les troupes militantes sur le terrain pour mailler le territoire correctement (en Lorraine, cela a déjà commencé d'ailleurs). Si Bayrou ne met pas cela en oeuvre, il risque de s'en mordre les doigts dans 4 ans et nous aussi.

"Mailler le territoire, ça rappelle un peu les méthodes d'un autre parti... ?"
Et alors ?! Ne soyons pas sectaire. Les méthodes qui fonctionnent ailleurs, appliquons les. Si on respecte nos valeurs humanistes, où est le problème ?

"Un souvenir fort de cette université de rentrée ?"
Il y en a eu plusieurs. Moi, j'ai aimé le moment où la spécialiste du polar, Fred Vargas, s'est montrée certaine du scénario gagnant pour le Modem. Il y a eu aussi le propos sans langue de bois d'Hubert Védrine, l'ancien ministre (PS) des affaires étrangères, à propos de l'urgence d'une puissance européenne réelle.

"Sinon, les coups de soleil, ça va ?"
Oui, pas trop mal. Bon, allez, arrêtons cet exercice stupide
(promis, je ne le ferais plus).

LW

Écrit par eurocitoyen dans Edito | Lien permanent | Tags : Modem, bayrou, UMP, PS, université, Estérel, Raphaël | |  Facebook | | |