eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/09/2014

Arnaud Montebourg évite le ridicule... et Sarkozy aussi.

Arcelor Mittal vient d'annoncer son intention d'embaucher plusieurs centaines de personnes en France, et notamment à Florange (Moselle).

Le groupe sidérurgique, dirigé par Lakshmi Mittal, devrait avoir signé 700 CDI français à la fin de l'année. Arcelor Mittal avait déjà recruté 600 personnes dans notre pays l'année dernière.

En Lorraine, le site de Florange, qui emploie 2.200 salariés, fabrique des aciers spéciaux pour les industries de l'emballage et la filière automobile. Cette usine de pointe est l'un des fleurons européens de la firme multinationale.

Le groupe Arcelor Mittal génère en France la plus grosse part de son chiffre d'affaire européen : 10 milliards € avec le produit de ses usines en Lorraine, dans le Nord et en Lozère.

La situation économique ne garantit pas les emplois à vie, bien sûr. Ne soyons pas naïfs. Mais Arcelor Mittal n'a pas décidé de "délocaliser" Florange, contrairement à ce que prétendent certains "militants" autoproclamés. Le groupe a aussi rempli sa part de plan social en reclassant les anciens licenciés de Florange.

Edouard Martin lui-même, syndicaliste vedette devenu député européen (PS), devrait pouvoir reconnaître certains mérites à ce groupe sidérurgique souvent perçu comme trop gourmand en subventions et insuffisamment fournisseur de main d'oeuvre.

Enfin, pour l'anecdote, on retiendra deux choses.

Arnaud Montebourg n'est plus ministre ! Lorsqu'il était encore sur son piédestal du "redressement productif",  l'avocat bourguignon avait jugé que le groupe Arcelor Mittal n'était plus le bienvenu en France.

Les gesticulations de M. Montebourg resteront peut-être des rampes de lancement pour ses supporteurs. Mais l'ex ministre aurait probablement mauvaise presse, aujourd'hui, s'il était encore dans le gouvernement.

A moins que M. Montebourg n'ait anticipé, en provoquant sa propre démission pour éviter le ridicule...

Deuxième chose intéressante à rappeler : Nicolas Sarkozy, lors d'un déplacement le 18 avril 2008, à Neufchâteau (Vosges), avait estimé "dommage que la sidérurgie ait disparu en France". Il ne manquerait plus que l'ex-président omnipotent revienne sous les applaudissements... 

 Laurent Watrin

Écrit par eurocitoyen dans Actualités, Edito | Lien permanent | Tags : mittal, montebourg, florange, lorraine, économie, automobile | |  Facebook | | |