eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/08/2008

L'objectivité chinoise

Le président chinois Hu Jintao accueille les journalistes avec le sourire et leur donne une leçon professionnelle. Il va falloir que les reporteurs soient "objectifs" pour couvrir les JO et respectent les lois médiatiques chinoises. En clair, ça veut dire que s'ils ont des infos, ils sont priés de ne pas les donner. Le régime médiatique chinois, c'est comme ça que ça marche. Quand on a une carte de presse occidentale, ce discours de Hu Jintao est une invitation à repartir tout de suite ou à finir son séjour chinois dans une prison pour trouble à l'ordre communiste. Moi, je n'y vais pas en Chine, et je me demande si c'est bien la peine d'évoquer chez nous, en toute objectivité, les résultats des sportifs du monde entier à Pékin...

0a9eac8993884020ff847e7eabbd3fcb.jpg


Pour en savoir plus, un coup d'oeil sur l'Express ICI

Écrit par Eurocitoyen dans Actualités | Lien permanent | Tags : JO, Pékin, Chine, presse, objectivité, journalistes, médias | |  Facebook | | |

10/07/2008

Pression chinoise et Europe

Le chef de l'Etat français a promis ce jeudi aux députés européens de ne pas céder aux pressions de la Chine sur les droits de l'Homme. L'eurodéputé vert Daniel Cohn-Bendit a dénoncé la "honte" du revirement de Nicolas Sarkozy après qu'il a annoncé sa participation à la cérémonie d'ouverture des Jeux de Pékin. Le chef de fil des élus libéraux européens, Graham Watson, a aussi appelé Nicolas Sarkozy a renoncer à son intention. Il y a quelques semaines, le président français avait pourtant affirmé qu'il ne suivrait pas cette cérémonie officielle des JO, le 8 août prochain. En Allemagne, la chancelière Angela Merkel a décidé de ne pas suivre la cérémonie.

Le parti communiste chinois a menacé la France de "conséquences graves" en cas de boycott français et surtout si Nicolas Sarkozy rencontre la dalaï lama, le chef spirituel des Tibétains en exil. Ce jeudi, devant le parlement européen, à Strasbourg, Nicolas Sarkozy a ménagé la chèvre et le chou, en estimant, d'une part, qu'on "ne pouvait pas boycotter un quart de la population mondiale". D'autre part, Nicolas Sarkozy a expliqué que ce n'était pas "à la Chine de fixer mes rendez-vous". "Je défendrai donc la question des droits de l'Homme", a déclaré le chef de l'Etat français, sans préciser comment.

En Asie, pour être respectable, il faut savoir se faire respecter. Lorsque la chancelière allemande renonce à la cérémonie d'ouverture des JO, Pékin ne dit rien. Lorsque Sarkozy tergiverse, le pouvoir chinois s'amuse.

Nous avons là un nouvel épisode de cette Europe, en ordre dispersée, qui se demande comment relancer un traité pour 27 Etats et qui ne parvient pas à s'installer comme un interlocuteur univoque sur la scène mondiale.

Comment parler des Droits de l'Hommme et réguler le commerce mondial si l'Union européenne n'est pas unie face des puissances planétaires comme la Chine ?

Laurent Watrin

Écrit par Eurocitoyen dans Actualités | Lien permanent | Tags : Sarkozy, Parlement européen, Chine, JO, Pékin, Cohn-Bendit | |  Facebook | | |