eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/02/2010

L’usure psychique des citoyens

« Nous sommes dans une situation pré-insurrectionnelle ». Un propos de François Bayrou. C’était avant l’élection présidentielle. Le candidat béarnais se faisait alors traiter de « Le Pen light » par Alain Minc... Trois ans plus tard, à l’approche des élections régionales, le médiateur de la République, Jean-Paul Delevoye, fait écho à François Bayrou. Concrètement. Rapport à l’appui. Tendance lourde exposée dans son bilan 2009, qui vient d'être remis à Nicolas Sarkozy.

Le médiateur de la République (qui compte 5 délégués en Lorraine) est cette Institution qui peut être saisie par tout citoyen mécontent de l’Administration, avec un grand A qui ressemble si souvent au désespoir. L’an passé, près de 76.300 réclamations enregistrées à travers la France. C'est une hausse de 16% par rapport à 2008. Plus de la moitié des demandes ont été "traitées". Le médiateur de la République favorise le règlement des litiges à l’amiable.

Ces « dossiers » montrent le désarroi du peuple.

Jean-Paul Delevoye y perçoit une « société en tension et en usure psychique ». Selon l’ancien ministre de la Fonction publique (sous Jean-Pierre Raffarin), la citoyenneté est en danger car, partout, « la qualité des rapports humains se dégrade avec des montées d'agressivité ». Selon Jean-Paul Delevoye, il est urgent de reconstruire un « vivre ensemble ». Les citoyens se sentent « ballottés » par « d'incessants changements censés les avantager », dit-il - allusion claire aux réformes multiples -. Les citoyens sont aussi désorientés par un « vertigineux empilement de lois et de règlements » - critique frontale contre l’inflation législative dénoncée jusque sur les bancs parlementaires de l’UMP. Le rapport de Jean-Paul Delevoye ne doit pas être caricaturé. Le médiateur souligne une double douleur sociale : les fonctionnaires, qui ont du mal à faire leur travail, souffrent autant que les citoyens perdus ! La situation économique et sociale creuse évidemment le malaise.

delevoye.jpgInterrogé par le journal Le Monde, le week-end dernier, Jean-Paul Delevoye estime à « 15 millions le nombre de personnes dont les fins de mois se jouent à 50 ou 150 € près ». Extrapolation ? Lepénisation light, comme dirait Alain Minc ? Non, bien sûr ! Il suffit de lire les études statistiques sur le chômage et les divers rapports des associations, quelles que soient leurs affinités politiques. Et puis il faut « sentir le pays réel », aller à sa rencontre pour comprendre ce que dénoncent les services de Jean-Paul Delevoye.

Plus que jamais, la politique a besoin de sens et de projets d’espoir. Plus que jamais, il faut de la volonté et de la compréhension, et cet élan vers l’Autre, avec un grand A pour remettre sur pied et à sa juste place l’administration du pays. Cet élan, des candidats aux élections régionales le portent. Premier tour : le 14 mars.

Écrit par Eurocitoyen dans Edito | Lien permanent | Tags : médiateur, delevoye, bayrou, société, élections, citoyens, confiance, souffrance, espoir | |  Facebook | | |

02/07/2008

Espoir et Europe

Selon le dernier eurobaromètre de l'opinion, seuls 30% des Français considèrent la construction européenne comme une source d’espoir. Il y a cinq ans, ils étaient 61%.

Depuis cinq ans, les méandres de la politique nationale et le manque de courage et de vision de nos dirigeants n'ont cessé de désespérer les citoyens. Le problème de l'Europe, c'est d'abord le sentiment national. Espérer en l'Europe, c'est aussi reconnaître des élites nationales qui portent cet espoir.

Vivement le changement !

Écrit par Eurocitoyen | Lien permanent | Tags : Europe, espoir, Nation, MoDem | |  Facebook | | |