eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/04/2014

Européennes : méfiez-vous des menteurs !

Le 25 mai, les électeurs français désigneront leurs 74 représentants au parlement européen. Ces futurs élus, désignés à la proportionnelle intégrale, siégeront parmi 751 parlementaires issus des votes dans les 28 Etats membres de l'Union européenne.

Pour la première fois, les eurodéputés choisiront le président de la future Commission européenne, chargée de l'intérêt général européen, initiatrice des futurs projets de l'Union, dans le cadre des orientations générales fixées par les Etats.

Les eurodéputés votent le budget de l'Union, qui représente aujourd'hui 1% du PIB des 28. Les eurodéputés participent à la méthode européenne, très éloignée de ce que les Français connaissent : pas de clivages partisans opposés frontalement, pas de projets votés dans l'urgence, des missions diplomatiques et techniques au long cours, des allers-retours nombreux entre la Commission, les Conseils et le Parlement européens. Les eurodéputés peuvent aussi produire des recommandations qui corrigent les projets européens et font entendre la voix des peuples de l'Union. Ce n'est pas simple, c'est un travail de longue haleine, qui concerne plus de 500 millions d'Européens.

Les députés européens ont le pouvoir d'amender des projets proposés par les Etats et préparés par la Commission. L'union bancaire et la régulation de la finance - qui ont le mérite de juguler les crises en Europe, même si le peuple peut croire le contraire - c'est aussi le travail des parlementaires européens.

Parmi les candidats du 25 mai, certains annoncent qu'il faut bannir l'austérité "imposée par l'Europe", d'autres prétendent qu'ils peuvent nous "sortir de l'euro", d'autres encore militent pour "une Europe plus démocratique". Toutes ces voix mentent. Les eurodéputés n'ont pas le pouvoir de changer les Traités européens. Après le 25 mai, nous ne sortirons pas de l'euro et nous n'aurons pas une Europe plus lisible pour le citoyen.

Les évolutions institutionnelles se jouent ailleurs : au Conseil européen, c'est-à-dire à la table des dirigeants des Etats membres de l'Union.

Changer l'Europe, c'est d'abord changer de chefs d'Etat et de gouvernement.

Mais travailler pour améliorer l'Europe, c'est choisir des députés qui ne mentent pas. 

En attendant, chacun peut s'informer : les sites internet des institutions de l'Union sont souvent plus clairs que ceux des administrations nationales.

(des liens utiles sur l'Europe sont disponibles dans la colonne de droite de ce blog)

 

Écrit par eurocitoyen dans Actualités, Blog | Lien permanent | Tags : europe, parlement, eurodéputés, élections, 25 mai 2014 | |  Facebook | | |