eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/10/2008

Débat nourri au café citoyen de Nancy

Une trentaine de personnes ont échangé leurs points de vue, ce jeudi 30 octobre, à l'occasion de la reprise du café citoyen de Nancy, organisé au Melkim'Pot, bar convivial qui nous accueillera désormais chaque dernier jeudi du mois.

Pour ce premier rendez-vous de la saison, le débat portait sur l'identité et la citoyenneté en Europe. Les participants ont exprimé majoritairement leur attachement aux valeurs de l'Union européenne tout en soulignant la difficulté de définir clairement ce que peut être la notre identité commune dans un espace politique de droits et de devoirs en évolution. Certains participants ont évoqué la nécessité d'un cadre social européen plus solide pour donner corps à la citoyenneté européenne. La possibilité d'un impôt européen et les fondements d'une Europe sociale ont notamment été abordés.

Pour ceux qui ont manqué le débat, voici une petite synthèse qui a servi de point de départ à ces échanges du café citoyen :

L'Union européenne repose sur des principes : liberté et démocratie, respect des droits de l'homme et libertés fondamentales. Son identité est d’abord politique (Etat de droit si l’on s’en tient aux textes qui organisent l’Europe). L’UE doit respecter les droits fondamentaux, garantis par la Convention européenne des droits de l’homme. La citoyenneté européenne est exprimée formellement par le Traité de Maastricht (1992). Le Traité Constitutionnel Européen (TCE rejeté en France, au Pays-Bas et en Irlande) affirme que l'Union doit promouvoir la diversité de ses cultures, tout en "mettant en évidence l'héritage culturel commun".

Une identité sans frontières

Tout Etat peut prétendre adhérer à l’UE, s’il respecte la démocratie et l’économie de marché. Les frontières de l’UE restent indéfinies. Certains pensent que l’identité européenne ne peut pas reposer sur les seules Institutions communes. Des désaccords profonds sont apparus dans la discussion sur TCE. D’où le conflit d’idées sur l’héritage religieux et les tensions sur les questions de la Turquie et l'immigration.

Identité locale d’abord ?

Des études révèlent que les citoyens européens s'identifient avant tout à leur pays ou à leur région. Selon un Eurobaromètre sur le sujet en 2004, 47% des citoyens européens se sentaient à la fois citoyens de leurs pays et Européens. 41% se disaient exclusivement "nationaux" et 68% étaient fiers d'être européens. En général, les citoyens sont davantage attachés à leur pays (92%), à leur région (88%) ou à leur ville (87%) qu'à l'Europe. C’est peut-être une des raisons du faible taux de participation aux élections des députés européens.

Europe « nationale » ou Europe « constitutionnelle » ?

Les communautaristes estiment qu'une entité politique doit s’ancrer dans une histoire et une culture communes. Pour leurs opposants, cette vision conduit à des politiques d’exclusion, notamment à l’égard des immigrés d’origine extra-européenne. Le professeur Samuel P. Huntington y voit même un risque de "choc des civilisations".
Les républicains et certains libéraux défendent avant tout une culture politique commune, c’est-à-dire une identité qui repose sur la citoyenneté et sur des principes universels liés à notre organisation sociale et politique, ce que le philosophe allemand Jürgen Habermas appelle "patriotisme constitutionnel". Inconvénient : cette vision distingue artificiellement public et privé, subjectif et universel, personne et citoyenneté. La synthèse est-elle possible ?
Les penseurs constructivistes le croient. Selon eux, une identité européenne naîtrait des échanges intenses au niveau civique, politique et culturel. Cette idée motive en fait la construction du projet européen. Encore faut-il que l’Europe donne les moyens à ses habitants d’être en relation permanente les uns aux autres. Ce qui passe probablement par une éducation à la citoyenneté dans le respect de la diversité. C’est a priori le sens des politiques communes de l’Europe.

Prochain café citoyen de Nancy, le jeudi 27 novembre, sur le thème "protectionnisme contre libéralisme ?"

Laurent Watrin

Écrit par eurocitoyen | Lien permanent | Tags : europe, identités, citoyenneté, café, débat | |  Facebook | | |