eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/12/2013

Martin, Morano : bientôt au parlement européen… Et après ?

L’Europe aura-t-elle de bons députés français l’an prochain ? C’est à peu près la seule question utile en 2014. Année charnière pour les Institutions européennes et nouvelle mandature clé pour l’avenir du fédéralisme budgétaire dans la zone euro.

Edouard Martin, ancien chef de file de la CFDT de l’usine ArcelorMittal de Florange (Moselle), est recyclé en tête de liste du PS aux Européennes dans le Grand Est. Nadine Morano, ex-ministre sarkoziste, conseillère municipale de Toul (Meurthe-et-Moselle), est relancée vers un mandat prestigieux grâce à l’UMP dans cette même circonscription européenne.

Critiquer les personnes ne fait guère avancer l’intérêt général. On peut toujours condamner les stratégies des partis politiques lancés dans la campagne des élections européennes de mai prochain. Mais à quoi bon ?

Les « grands partis » ont fait leur choix. Les dirigeants du PS ne sont pas rancuniers, après avoir été taxés de tous les noms par leur nouveau chouchou. L’UMP pense faire une affaire en éloignant Nadine Morano du champ national.

Tant pis pour les députés sortants qui ont travaillé. Catherine Trautmann (PS), qui sera n°2 sur la liste européenne du PS dans le Grand-Est, et Arnaud Danjean (UMP) sont clairement désavoués, et contraints d’avaler la pilule avec la grimace.

Triste paradoxe : le terrain politique français regorge du cumulards à répétition, dans la durée et dans les mandats. A l’inverse, au niveau européen, les parlementaires sortants sont régulièrement sur un siège éjectable. Quelle est la cohérence ?

Pour l’Europe, la désignation de personnalités médiatiques – qui font le buzz, comme on dit maintenant – a au moins le mérite de faire parler de l’Europe. En bien ? En mal ? A chacun son opinion.

Le citoyen électeur ne doit pas oublier que le parlement européen n’est pas l’assemblée nationale.

Les groupes politiques partisans sont souvent dépassés dans l'exercice du travail parlementaire. Les nationalités croisées sont une richesse pour bien travailler. Les députés européens débattent de dossiers très techniques qui engagent les politiques européennes et les convergences entre Etats sur du long terme. Pour toutes ces raisons, les nationalistes et les élus extrémistes ne portent aucun projet au parlement européen : l’Europe ne les intéresse pas.

D’où qu’ils viennent, quel que soit leur nom, espérons que les élus français de mai prochain apprendront à aimer et animer l’Europe plus qu’à la critiquer. Espérons que les électeurs sauront donner cette chance à l’Union.

Écrit par eurocitoyen dans Actualités, Blog, Edito | Lien permanent | Tags : europe, edouard martin, nadine morano, européennes, mai 2014, florange | |  Facebook | | |