eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/11/2008

Citations pour une commémoration

"Le patriotisme, c'est l'amour des siens. Le nationalisme, c'est la haine des autres".
Romain Gary (Education européenne, roman publié en 1945).

Nicolas Sarkozy a présidé ce mardi 11 novembre la cérémonie internationale organisée par la présidence française de l'UE pour les 90 ans de l'armistice de la Grande Guerre. Dans son discours, le chef de l'Etat français a souhaité exprimer les leçons de la barbarie. Le discours de Nicolas Sarkozy a ouvert la voie à une réhabilitation des mutins de la première Guerre Mondiale. Réhabilitation qui avait été proposée par Lionel Jospin et refusée par Jacques Chirac. Nicolas Sarkozy a donc rendu hommage à ces "Poilus" qui refusèrent le "boucherie" et qui furent fusillés pour cela. La fin du discours présidentiel a revêtu des accents européens qui marqueront cette commémoration historique. Nicolas Sarkozy s'est par ailleurs rendu au cimetière allemand de Ville-devant-Chaumont. C'était une première pour un président de la république française.

Ci-dessous un extrait du discours présidentiel

podcast

Écrit par Eurocitoyen | Lien permanent | Tags : europe, paix, commémoration, verdun | |  Facebook | | |

13/08/2008

Géorgie : plan de paix, guerre et intox

Les forces militaires de Géorgie ont commencé, mercredi 13 août, à quitter l'Ossétie du Sud (à l’Ouest du territoire géorgien). Un retrait pas suffisamment « actif », selon la Russie. Le cessez-le-feu officiel semble laisser la place à une guerre de l’intox. 50 chars russes se trouveraient à Gori, deuxième grande ville de Géorgie. Le président géorgien, Mikheïl Saakachvili, accuse la Russie de violer le cessez-le-feu. Moscou dément. Les Russes ont quitté le port de Poti (plaque tournante des ressources dans la région).

La Russie et la Géorgie ont accepté, mardi soir, le plan de paix négocié par le président français Nicolas Sarkozy, au nom de l’Union européenne. Ce plan prévoit le retrait de l'essentiel des forces russes et géorgiennes. Mais le pouvoir géorgien n’a pas accepté de négociation sur les territoires séparatistes d'Ossétie-du-Sud et d'Abkhazie.

En Europe, on attend maintenant la position commune de l’Union, après la réunion des ministres des affaires étrangères, ce mercredi, à Bruxelles. Juste avant ce rendez-vous, le ministre britannique des Affaires étrangères, David Miliband, a accusé la Russie d'avoir mené une "agression caractérisée", en précisant qu'il était opportun, selon lui, d'envisager "une présence internationale adéquate" dans la région. Mais cette position unilatérale britannique sera-t-elle conforme à la voix diplomatique de l’Europe ?

La Cour européenne des droits de l'Homme, saisie en urgence par la Géorgie, a recommandé (mardi soir) à la Russie d'éviter toute mesure "susceptible de menacer la vie ou la santé des populations civiles".


Laurent Watrin

Écrit par Eurocitoyen dans Actualités | Lien permanent | Tags : Géorgie, Ossétie, Russie, guerre, paix, Europe, Sarkozy | |  Facebook | | |