eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/11/2012

Présidentielle : le citoyen, arbitre des candidatures ?

Le citoyen pourrait avoir son mot à dire dans la validation des candidats à l'élection présidentielle. C'est le sens de la mesure présentée, ce vendredi 9 novembre 2012, par la Commission Jospin sur la "rénovation et la déontologie de la vie publique".

L'ancien premier ministre socialiste, Lionel Jospin, et les membres de son comité, mandatés par le chef de l'Etat, proposent en effet de remplacer les 500 signatures d'élus par un "parrainage citoyen" des candidats à la présidentielle.

La commission Jospin préconise au moins 150.000 signatures citoyennes.

Ces parrainages seraient rendus publics.

C'est une option vers plus de transparence démocratique. C'est aussi une façon de provoquer le débat populaire sur les choix présidentiels. Il convient sans doute d'envisager un équilibre géographique du dispositif, comme c'est le cas d'ailleurs pour le système actuel de parrainages.

Le chef de l'Etat; François Hollande, et le gouvernement de Jean-Marc Ayrault suivront-ils cette piste ? Pas sûr. Mais l'idée a au moins le mérite d'introduire un souffle nouveau dans le débat politique, même si les questions économiques demeurent plus urgentes que ces préoccupations...

Écrit par Eurocitoyen dans Actualités, Blog | Lien permanent | Tags : jospin, parrainages, citoyens, présidentielle, élection, 500 signatures, hollande, ayrault, rénovation, moralisation | |  Facebook | | |

03/05/2012

L'Europe ignorée par "Bouvard et Pécuchet", candidats du 6 mai

L'Europe restera la grande oubliée de la campagne présidentielle française. C'est confirmé et c'est bien triste.

Dimanche 6 mai 2012, l'électeur choisira donc en méconnaissance de cause.

Versé à gauche ou à droite, n'importe quel citoyen européen - tout Français est aussi Européen de plein droit depuis 1993 - sait l'importance d'une vision de l'avenir commun pour l'économie de son pays comme pour le poids stratégique de l'Europe face aux économies du monde.

Les économistes, de toutes tendances, expriment l'intérêt d'une Union mieux coordonnée pour stabiliser le Continent et générer des emplois. Même les experts partisans d'une sortie de l'euro (rares, ils existent) savent le chaos que leur projet pourrait provoquer, tout en rêvant d'un regain pour l'Union (voir l'article de Marianne).

Face à la mondialisation, il faut peut-être une autre Europe, mais il faut surtout plus d'Europe. Une Europe solide garantit la protection des citoyens en même temps que les libertés de circulation.

Prétendre simplement "changer" - les deux prétendants français emploient le même terme - ne suffit pas à nous convaincre d'un cap utile à suivre. Nicolas Sarkozy et François Hollande sont d'autant moins convaincants qu'ils font trop de place, tous les deux, au couple franco-allemand et à la discussion inter-gouvernementale.

Le débat Hollande-Sarkozy, ce mercredi 2 mai, n'a pas permis de comprendre le projet européen de chaque candidat. Le face-à-face a exposé simplement certains désaccords, notamment sur l'Europe, comme le note Le Point.

Le ton agressif et la teneur nationaliste des argumentaires ont surtout révélé le vide sidéral des deux candidats en matière d'Europe. Les rédactions des principaux médias d'information chez nos voisins européens - souvent moins révérencieux qu'en France - soulignent majoritairement cette lacune...

Pourtant, 52% de Français sondés estiment que l'Europe est la clé de l'avenir économique et social pour leur pays. C'est ce que montre le baromètre européen de la Fondation Robert Schuman.

L'Europe de Nicolas Sarkozy, c'est la révision des frontières. Le candidat de l'UMP agite ainsi le fantasme de l'immigration. Electoralisme dangereux. Le chef de l'Etat sortant méprise les acquis des accords de Schengen et leur capacité à être renforcés dans le cadre de l'Union. Il néglige les politiques européennes de coopération et de voisinage permettant de réguler les flux d'immigrés. Il oublie aussi la qualité des coopérations judiciaires européennes.

François Hollande, quant à lui, critique le sortant pour n'avoir pas convaincu l'Allemagne de favoriser la relancer de la croissance. Le chef de file de la gauche en conclut qu'il faut "renégocier le traité". Comment le leader socialiste peut-il prétendre "changer" ainsi l'Europe ? Le candidat oublie les Etats de l'Union qui ont déjà ratifié le traité. Il nous fait croire que la France peut renverser seule toute l'Union. Enfin, il remise honteusement la méthode communautaire européene, et la démocratie qui l'accompagne. L'erreur vient d'être rappelée par son "ami" socialiste Jacques Delors...

Au second tour de cette présidentielle, c'est un peu comme si nous avions le choix entre Bouvard et Pécuchet, ces personnages de Flaubert convaincus de leur propre vanité et relativement ignorants à propos des matières de leur glose.

Bref, le 6 mai, pas vraiment de quoi espérer en tant que Français pour les Européens...

Lire aussi : pourquoi Bayrou vote Hollande : http://www.bayrou.fr



Écrit par Eurocitoyen dans Actualités, Edito | Lien permanent | Tags : sarkozy, hollande, bayrou, ump, ps, fn, le pen, mélenchon, front, europe, 6 mai 2012, second tour, présidentielle, débat, agressif | |  Facebook | | |