eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/03/2010

La dictature est-elle séduisante ?

La Lorraine est une région marquée par trois réalités fortes.

1. La Lorraine est plus touchée par la crise que les autres régions de France : 14% des habitants survivent en dessous du seuil officiel de pauvreté (879 euros par mois). Des centaines de Lorrains qui travaillent vont aux restaurants du coeur pour nourrir leur famille.

2. La Lorraine est une région plus européenne que les autres régions de France. Trois voisins directs : Luxembourg, Allemagne, Belgique. Près de 120.000 Lorrains travaillent régulièrement chez ces voisins européens.

3. La Lorraine est la première région d'immigration de France. En Moselle : 131 nationalités, 9% d'habitants d'origine extra-française. Historiquement, l'économie lorraine a attiré des vagues de familles, de langues et de cultures multiples. Italiens, Polonais, Allemands, Portugais, Turcs, Algériens, Marocains... Une diversité. Une richesse pour le vivre-ensemble.

Ces trois réalités éclairent paradoxalement le vote de dimanche, à deux niveaux :

1. La Région, comme collectivité politique, est le niveau de pouvoir le plus important dans l'espace européen, pour développer l'économie et vivre ensemble. Mais plus de 58 % des électeurs lorrains n'ont pas voté (c'est plus que la moyenne nationale).

2. L'Europe et la diversité sont les moteurs de la Lorraine. Mais l'extrême droite (Front national et MNR) capte plus de 18% de l'électorat exprimé (près de 30% dans certaines communes). Alors qu'elle n'a pas de militants et qu'elle n'a rien à dire de constructif.

Devant des signes de tension et de désespoir, qui sont plus forts en Lorraine qu'ailleurs, le pouvoir central - le gouvernement - risque d'avoir un réflexe : continuer à recentraliser les lois et la politique en général. L'UMP pourra toujours expliquer que "l'ouverture" à gauche suffit à garantir le pluralisme. Sarkozy, et une partie de ses adversaires, pourront toujours expliquer que l'autonomie des régions ne sert à rien puisqu'elle n'intéresse pas les citoyens. Pente naturelle de la démagogie et du mépris qui prépare toujours le pire.

Bien sûr, il ne faut pas conclure trop vite. Dimanche prochain, il y a un second tour. Mais la démocratie est malade et désespérée. Des millions d'électeurs français sont peut-être en train d'ignorer que la dictature commence toujours par le désespoir.

A moins qu'une autre solution permette de sauver la démocratie : tirer au sort une partie des représentants du peuple pour s'occuper des affaires de la cité ensemble. C'est ce que pratiquait la démocratie, à ses débuts, en Grèce et dans la Rome Antique. Mais à l'époque, il y avait des exclus du jeu démocratique : les femmes, les esclaves, les étrangers.

LES RESULTATS DU PREMIER TOUR EN LORRAINE (13 listes en présence)
Inscrits : 1 666 284
Votants : 692 338
Exprimés : 660 889
Abstentions : 973 946 58,45 %
(Le vote blanc n'est pas pris en compte)
Votes exprimés et pourcentages : 
Liste Jean-Pierre MASSERET (PS) 227 060 - 34,36%
Liste Laurent HÉNART (UMP) 157 080 - 23,77%
Liste Thierry GOURLOT (FN) 98 286 - 14,87%
Liste Daniel BEGUIN (Europe Ecologie) 60 516 - 9,16%
Liste Claude BELLEI (MODEM) 20 905 - 3,16%
Liste Annick MARTIN (Non aux Minarets) 19 850 - 3%
Liste Philippe LECLERCQ (Front Lorrain de Gauche) 19 809 - 3%
Liste Jean-Claude KAAS (Alliance écologiste indépendante) 16 277 - 2,46%
Liste Jean-Noël BOUET (NPA) 14 819 - 2,24%
Liste Jean-Luc ANDRÉ (Debout la Lorraine) 14 880 - 2,25%
Liste Mario RINALDI (Lutte Ouvrière) 8 537 - 1,29%
Liste Victor VILLA ("La Voix Lorraine") 2 346 - 0,35%
Liste Patrice LEFEUVRE (Union des Séniors) 524 - 0,08%
 
Au second tour, il y aura trois formations : le PS et ses alliés (fusion probable avec des candidats d'Europe écologie), l'UMP et le FN.

Écrit par eurocitoyen dans Edito | Lien permanent | Tags : régionalse, lorraine, ump, ps, modem, fn, démocratie, europe | |  Facebook | | |