eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/04/2014

Ecologie : de quoi être vert... de rage

Cécile Duflot a fait un gros chantage avant la nomination de Manuel Valls au poste de premier ministre. C'était elle ou lui. L'ex ministre du Logement ne voulait pas travailler avec l'ancien ministre de l'Intérieur, jugé trop peu conforme à une certaine conception d'un gouvernement de gauche.

ecologie,duflot,valls,remaniement,Cohn-Bendit

Ce revirement en plein remaniement finit de saborder le travail patient de toute une partie de l'écologie responsable dans ce pays.

Comment affirmer, désormais, dans les rangs d'EELV, vouloir donner des galons de responsabilité à l'écologie en France ? M. Valls avait pourtant proposé au mouvement co-fondé par Dany Cohn-Bendit, un super-ministère de l'écologie, avec le portefeuille stratégique de l'énergie. Ce ministère revient à Ségolène Royal.

Que leur fallait-il de plus, à Mme Duflot et ses amis ? Le plus minable, dans cette histoire, c'est que les députés écologistes à l'Assemblée étaient majoritairement favorables à la poursuite du travail gouvernemental.

Les ministres écologistes sortants auraient-ils oublié les vertus de la démocratie qu'ils prônent tant ?

Écrit par eurocitoyen dans Actualités, Blog, Edito | Lien permanent | Tags : ecologie, duflot, valls, remaniement, cohn-bendit | |  Facebook | | |