eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2010

L'Allemagne donne des signes de reprise, ses leaders politiques jouent les vieux démons de la crise...

Evitons les caricatures et le simplisme. L'intégration des immigrés dans les Etats de l'Europe a toujours porté son lot de critiques et de ressentiments plus ou moins justifiés, plus ou moins légitimes.

Mais n'oublions pas l'Histoire.

C'est toujours en période de crises - au pluriel -que les responsables politiques, même démocrates et raisonnables, brossent le peuple dans le sens du poil le plus fier et le plus raccourci.

L'Allemagne, première économie de l'Union Européenne, annonce un taux de croissance de plus de 3% pour 2010. Le nombre de chômeurs allemands pourrait passer sous la barre symbolique des 3 millions de personnes. Le gouvernement fédéral devait détailler ses prévisions pour l'an prochain le 21 octobre 2010. La tendance se confirme, depuis l'été dernier

C'est dans ce contexte plutôt favorable de "signes de reprise", comme disent les experts, que la classe politique allemande s'interroge sur le modèle de multicuturalisme au sein de l'Allemagne réunifiée. Le mouvement d'intégration "multikulti", inventé au début des années 80, serait un échec complet, selon la chancelière, Angela Merkel. C'est qu'elle a déclaré devant les jeunes de son parti, la CDU, ce samedi 16 octobre 2010.

L'islam est la première cible de ce "débat".

La polémique est aiguisée par un membre de la gauche. Thilo Sarrazin, auteur d'un essai intitulé "L'Allemgane se détruit". Dans ce livre, l'ancien parlementaire berlinois, membre du SPD, met directement en cause les musulmans. M. Sarrazin a été sanctionné depuis : licencié du directoire de la banque centrale allemande, dont il faisait partie.

Angela Merkel a rappelé, ce samedi 16 octobre, son attachement aux valeurs chrétiennes, et que les étrangers doivent les respecter, comme le note le Figaro. Le discours de la responsable fédérale s'est voulu plus modéré que d'autres propos tenus par certains de ses amis politiques.

Fait d'actualité : plusieurs universités allemandes viennent de mettre en place des formations d'imams germanophones pour favoriser l'intégration des Musulmans du pays.

Fait médiatique : des sondages notent qu'une majorité de personnes interrogées, chez nos voisins allemands, considèrent que les étrangers coûtent trop cher.

Question médiatique : doit-on considérer qu'un sondage revèle des majorités politiques ?

Question politique : faut-il flatter l'opinion médiatique ?

Questions de conscience :

La crise économique serait-elle dûe à l'Islam ?

La montée des extrêmes droites en Europe serait-elle en train de creuser la tombe des démocrates ?

La théorie du "choc des civilisations", chère à feu Samuel Huntington, serait-elle juste ?

Question idiote : pourquoi tant de haine, comme dirait l'autre ?

Question perfide : mais pourquoi si peu d'idées ?

Réflexion naïve d'un fédéraliste convaincu (j'assume) : peut-être y a-t-il trop peu de visions politiques nouvelles en Europe pour empêcher les discours de nos chefs de gouvernement de se focaliser sur les questions identitaires ?

La faute à qui ? Aux autres forcément ? Non. On avait dit : "pas de simplisme"...

Rien n'est simple et ne tombons pas dans la caricature.

Mais les polémiques européennes amusent certaines la Chine et tous les nouveaux pays qui dominent l'économie mondiale...

Laurent Watrin

Sur l'Allemgne, à lire par ailleurs :

http://europelibre.typepad.com/europelibre/2010/10/lallem...

Écrit par eurocitoyen dans Actualités | Lien permanent | Tags : allemagne, europe, merkel, sarrazin, islam, musulmans, chrétiens, politiques, intégration, france | |  Facebook | | |