eurocitoyen

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2010

Emploi, chômage, précarité : du local au global, toujours plus ?

25.075 personnes bénéficient du RSA (revenu de solidarité active) en Meurthe-et-Moselle. C'est le dernier chiffre connu, en ce mois de mai 2010, toutes situations confondues.

Les anciens allocataires du RMI  - dispositif fondu dans le RSA - représentent 4 bénéficiaires du RSA sur 5, dans ce département de Meurthe-et-Moselle (soit 20.283 "dossiers"). 4 sur 5 RMI/RSA, c'est une proportion moyenne, un peu partout, à travers la France.

Le dernier quart des allocataires meurthe-et-mosellans du RSA se compose des bénéficiaires des aides complémentaires versées dans le cadre de la reprise d'activité et du retour vers l'emploi.

Le département de Meurthe-et-Moselle comptait, au printemps 2005, presque deux fois moins de érémistes qu’il ne compte aujourd'hui de bénéficiaires des nouveaux dispositifs d'insertion.

Ce département lorrain (54) demeure l'un des plus touchés par la crise, en France.

La région Lorraine continue, deux ans après le début officiel de la crise financière, de subir les conséquences économiques et sociales de la désorganisation des marchés et des restructurations industrielles liées à cette situation.

La Lorraine a perdu 14.000 emplois en 2009.

Sidérurgie, automobile, chimie sont les premiers secteurs d’activité touchés.

Les organismes lorrains enregistrent, en moyenne, 100 chômeurs de plus par jour.

Les dernières statistiques montrent un coup de frein relatif à la courbe de progression du chômage.

Les offres d'emploi en Lorraine ont augmenté de 13,4% sur un an. L'hôtellerie restauration, l'industrie et le transport logistique recommencent à embaucher.

Trois données doivent modérer cet infléchissement positif : les plans sociaux sont en légère baisse et les offres d'emploi intérimaires et précaires sont en augmentation. Enfin, il y a le désarroi de certaines personnes qui ne vont plus chercher du travail, faute de comprendre et de se retrouver dans les dispositifs plus ou moins efficaces localement.

Pour les personnes âgées de plus de 50 ans et les jeunes non qualifiés, le chômage devient, tristement, une règle de vie durable.

En Lorraine, selon l'INSEE, plus de 170.000 personnes durablement installées dans le chômage de longue durée.

La crise de l'euro, la diminution des échanges commerciaux à l'intérieur de l'Union européenne et les plans d'austérité des gouvernements risquent de plomber la maigre "flottille" de signes de reprise sociale.

Selon le Prix Nobel d'économie, Joseph Stiglitz, interrogé par le journal Le Monde, le 22 mai 2010, trop de rigueur pourrait tuer l'Europe et aggraver la situation sociale des peuples de l'Union.

La solution miracle n'existe pas. Mais les régions d'Europe ont sans doute intérêt à renforcer et à inventer de nouveaux dispositifs de proximité pour soulager et prendre en charge la précarité sociale.

Si l'Etat central, notamment en France, décide tout sans donner les moyens aux collectivités locales, la catastrophe annoncée par Stiglitz risque de se produire.

L'Europe doit aussi retrouver, comme le répète Jacques Delors, la volonté et le goût de la coopération. C'est le pilier manquant de l'Union. 

Le fédéralisme apparaît, plus que jamais, comme une urgence politique et une ambition noble pour sortir des crises.

Enfin, des idées élaborées et complexes, comme le revenu d'existence, pourrait aussi lancer un débat utile à tous les Européens.

Laurent Watrin

Écrit par eurocitoyen dans Blog | Lien permanent | Tags : insee, stiglitz, rsa, rmi, delors, précarité, chômage, emploi, statistiques, lorraine, meurthe-et-moselle, contrat, cdi | |  Facebook | | |